Changeons de méthodes dans la décision publique

Tract diffusé lors de la réunion publique tenue à l’Espace 600 par le Maire sortant et les services de la Ville, lundi 14/1/8, sur l’avenir des quartiers Sud de Grenoble.

 Pour des contrats de développement négociés avec les habitants des quartiers

Après Teisseire et Mistral, la majorité municipale a souhaité engager un projet de renouvellement urbain à la Villeneuve et au Village Olympique. Mais pour le financer, la politique gouvernementale impose des démolitions de logements (50 galerie de l’Arlequin), faute de quoi, il sera impossible de bénéficier des crédits versés par l’Agence Nationale de Renouvellement Urbain (l’ANRU). Les représentants de l’Union Sociale pour l’Habitat (représentants des organismes HLM) ont émis des réserves sur cette démolition.

Nous ne sommes pas favorables aux options de ce projet.

En effet, les démolitions de logements prévues ne résoudront pas les difficultés de vie actuelles des habitants et ne feront qu’aggraver la crise du logement dans la commune et dans l’agglomération. Rappelons ici que les problèmes rencontrés dans les quartiers tiennent moins à l’architecture et à la qualité technique des logements qu’aux difficultés sociales et économiques que rencontrent leurs habitants ainsi qu’à l’inadaptation du système de gestion des villes.

 Pour une démocratie locale active :

La bonne méthode est d’associer les habitants à l’élaboration des projets qui conditionnent directement leur vie au quotidien. Ceci n’a pas été fait. Les propositions sont venues d’en haut et les habitants ont seulement été informés de temps en temps pour seulement donner leur avis. Partout désormais il est reconnu que la coproduction de la décision avec les personnes directement concernées améliore sa mise en œuvre et le respect des réalisations par les habitants.

A la Villeneuve, au Village Olympique comme partout à Grenoble, nous proposons que des contrats de développement de quartiers (CDQ) soient passés entre la commune et les différents partenaires associés, notamment les représentants des habitants. Le contenu de ces contrats de développement de quartiers doit être coordonné au niveau communal, la municipalité étant chargée de trouver les cohérences nécessaires.

Nous proposons que des ateliers citoyens soient mis rapidement en place, chargés avec les professionnels d’élaborer des diagnostics et de faire des propositions chiffrées. La ville doit mettre à la disposition de ces ateliers des moyens techniques et financiers pour que les habitants puissent être associés de manière efficace à l’élaboration de ces contrats de développement et préparer la transformation des quartiers sud en véritables « éco-quartiers ».

Ces contrats de développement devraient concerner tous les aspects de la vie des habitants, notamment :
- L’amélioration de la qualité de vie des quartiers : réhabilitation des logements, réduction de la longueur des coursives et amélioration des dessertes ascenseur, réduction de la puissance des antennes de téléphonie mobile.
- L’interdiction de la circulation des véhicules à l’intérieur des quartiers. La rénovation de la collecte des déchets et le renforcement de l’entretien des espaces publics.
- Le développement d’activités économiques (notamment les services à la personne) et de l’accès à l’emploi en améliorant les structures éducatives. Le développement des centres de santé.
- Le renforcement de la présence du service public pour assurer la sécurité des habitants, des équipements et des commerces et pour permettre une vie collective apaisée (mesures de prévention pour les jeunes), condition nécessaire pour rendre attractif nos quartiers et développer la mixité sociale.

Il est regrettable que les quelques structures de concertation aient été mises en sommeil à l’approche des élections municipales. Il faut aussi en finir aussi avec le catalogue de promesses (projet GIANT sur le polygone scientifique, Jeux Olympiques 2018…) qui ne pourront pas être financées sans mettre en cause d’autres priorités. On sait ce qu’ont coûté aux finances publiques les projets sur les nanotechnologies et le stade des Alpes (investissement et fonctionnement). Tout cela se fait au détriment du service public quotidien de qualité dans les quartiers.


Documents joints

Téléchargez le tract en PDF

15 janvier 2008
Document : PDF
159.3 ko

-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSCampagne 2008 RSSPublications