Article paru sur Grenoble&Moi.com le 23/04/10

Vidéosurveillance : les Verts vigilants à Grenoble

Alors que l’ordre du jour n’a pas encore été mis en ligne sur le site de la ville, les élus Verts tenaient leur conférence de presse ce midi, vendredi 23 avril, afin de préparer le conseil municipal de lundi 26 avril.

Au début, on aurait pu penser que le conseil municipal de lundi prochain allait être mouvementé. Gilles Kuntz et Olivier Bertrand, élus Verts à la ville, mettent d’entrée de jeu un bémol : « Ce sera certainement un conseil court. Sans débat ». De quoi calmer les ardeurs. Mais pas de quoi calmer les écologistes qui s’inquiètent de voir la majorité en plein déclin. « Après la démission de Stéphane Gemmani au CCAS, le vrai-faux mail de Philippe de Longevialle et les dissensions qui touchent même les proches de Michel Destot (le maire s’opposant à la démission du directeur d’Alpexpo, Guy Chanal, et Alain Pilaud étant pour, ndlr), la majorité ne suit plus », déclare Gilles Kuntz.

Mais le sujet principal de la conférence, c’est la vidéosurveillance. Les Verts ont prévu d’interpeler le maire sur cette question. Cette question partant du lynchage d’un grenoblois vendredi 9 avril, place Grenette. « Tout le monde utilise ce prétexte alors que c’est un sujet sur lequel nous avons toujours été vigilant », regrette Gilles Kuntz. Et ce sujet fait l’objet d’un véritable débat en France actuellement quant à l’efficacité de la vidéosurveillance. « Mais le résultat des caméras, c’est qu’elles permettent effectivement d’identifier les personnes mais constituent rarement une preuve suffisante au tribunal », poursuit l’élu. Pour les Verts, ce qu’il faut, c’est avant tout une présence humaine sur le terrain. « Personnel de proximité, police formée à ce genre de situation... », démarre Olivier Bertrand, qui poursuit en disant « que les crédits de la police ont chuté depuis quelques années. Un fonctionnaire sur deux non remplacé, c’est aussi vrai pour la police ».

Inefficacité des caméras prouvée ?

Pour le conseiller municipal, Olivier Bertrand, pas de doute. L’objectif du gouvernement est « de rester sur le champ du sécuritaire, champ de prédilection du gouvernement. Mais il n’en donne pas les moyens humains ». Simple stratégie de communication alors ? « La venue de Brice Hortefeux à Grenoble répond à une demande sociale de sentiment de protection. Il joue sur le côté émotionnel. Rien de plus », affirme l’élu. Les Verts partent alors dans une série d’exemple démontrant l’inefficacité de la vidéosurveillance : « Le conseiller sécurité en Ile-de-France a déclaré que les dispositifs d’expérimentation mis en place dans cette région sont un échec ». Gilles Kuntz, lui, liste ses exemples : « Pour prouver l’échec, prenons le cas des pompiers catalans qui ont pris pour des terroristes de l’ETA. Et aussi le jeune interpelé à Arlequin suite au lynchage. Il s’est avéré qu’il n’avait rien à voir avec l’affaire. Il était simplement dans le tram ce jour-là... ».

A Grenoble, « trois dispositifs devraient être expérimentés dans trois zones : dans la Grand rue, au square Lafleur et à la Villeneuve ». Ce que les Verts déplorent ici encore, c’est le manque de débat : « Tout est fait pour éviter le débat. Jérôme Safar en avait promis un puis finalement rien. Simplement un comité d’éthique de la vidéosurveillance ». Les écologistes devraient alors organiser une réunion publique le 10 mai prochain, « certainement à l’office du tourisme mais rien n’est encore sûr ». Ce qui est sûr par contre c’est qu’ils ne lâcheront pas. La suite au conseil municipal, lundi prochain.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSDans les médias