Conférence de presse du 9 septembre 2008

Les bonnes résolutions de la rentrée

Crise écologique
Beaucoup de citoyens sont désormais convaincus qu’il n’est plus possible de poursuivre le même mode de développement et qu’il faut rompre avec les politiques passées dans les transports, l’habitat et l’énergie. A Grenoble, la majorité municipale n’a pas pris la mesure des enjeux et poursuit les vieilles politiques de prestige, gaspilleuses d’argent public : aides aux intérêts privés générateurs de nuisances (besoin en eau à Crolles..), Rocade nord, JO.

Pour « démontrer notre capacité à mobiliser et organiser les Jeux Olympiques », cette majorité va jusqu’à vouloir déverser, en ville pour une « Fête de la neige », des tonnes de neige artificielle qui vont fondre en un clin d’œil et démontrer le vrai visage de cette candidature « Développement durable ».

 Crise sociale

Les inégalités n’ont jamais été aussi fortes, la pauvreté et l’exclusion croient dangereusement. Même si le RSA peut améliorer à court terme le sort des RMIstes, il n’est qu’un « filet de sécurité » qui généralisera les emplois précaires et ne permettra pas d’accéder aux droits sociaux élémentaires, dont le logement. A Grenoble, les chiffres donnés par « l’analyse des besoins sociaux » du CCAS de 2007 montrent l’ampleur de la dégradation sociale et de la précarité. Or, depuis 2 ans, la situation s’est encore dégradée. Et c’est à ce moment que la majorité déclare qu’elle n’exclue pas une augmentation d’impôts. Ce seront donc, une fois encore, les couches moyennes pour qui l’effort sera le plus lourd alors qu’en stoppant les dépenses tape à l’œil, il est possible de maintenir les services municipaux sans augmentation.

 Crise politique et démocratique

Le pouvoir personnel fait des ravages au niveau national comme à Grenoble. Le maire et sa majorité agissent comme s‘ils avaient été élus avec une très forte majorité des électeurs alors qu’ils ont reçu une sanction électorale en ne recueillant que 48 % des exprimés. Le Maire s’empresse d’oublier ses propres engagements… Le cumul des mandats et des fonctions font qu’il est très absent de la Ville comme de l’Assemblée nationale. Et alors que la Ville a lancé une procédure de charte de la démocratie locale mais maintient sous silence les CCS, la majorité concoctait un nouveau règlement intérieur qui oubliait soigneusement le droit de saisine du Conseil Municipal et tentait de bâillonner l’expression des éluEs minoritaires.

La nouvelle majorité a beaucoup promis, notamment sur le « pouvoir d’achat ». Pourtant à ce jour, rien n’avance dans un sens favorable aux ménages modestes ou moyens.

Nous proposons 4 bonnes résolutions :

• Promotion réelle du vélo. Notre ville est devenue une des lanternes rouges en matière de développement de l’usage des 2 roues : les arceaux en ville sont saturés, il n’y a pas de système de location digne de ce nom, aucune politique incitative comparable à celles des autres villes françaises (subvention à l’achat par exemple). Il faut relancer une politique du vélo et nous proposons au Maire de donner l’exemple, au lieu de donner des leçons, en abandonnant sa voiture de fonction avec chauffeur, lors de ses déplacements grenoblois. Tous les points de la ville sont accessibles par ce mode de locomotion.

• Allocation Municipale d’Habitation pour les familles à bas revenus. Alors que nous l’avons proposée depuis 2006, que les crédits ont été votés et que la majorité l’a reprise dans ses engagements, rien n’a encore été fait ! Rien non plus quant au conventionnement avec les bailleurs privés pour limiter la hausse des loyers.

• Lancement d’une politique solidaire de logement social sur le territoire de la Métro : il est urgent de sortir du « consensus mou » communautaire, qui consiste à ne jamais faire de vague, à l’exemple de son président. Le besoin de logements sociaux est réel pour permettre aux ménages à revenus modestes de voir les charges de loyer limitées à 30 %. Les aides de la Métro pourraient diminuer pour les communes ne respectant pas la loi SRU. Pour Grenoble, il est indispensable de modifier les aides de la Ville aux bailleurs et de privilégier d’abord les outils de la Ville : ACTIS et Grenoble Habitat, deux bailleurs présents dans les quartiers populaires.

• Le temps de démocratiser la Ville : La réécriture du règlement intérieur de la Ville doit être l’occasion de s’inspirer de ce qu’il se fait de mieux en terme de démocratie dans les autres villes françaises. La majorité s’est engagé à donner aux citoyenNEs le droit de saisir le Conseil Municipal, dès septembre, passons aux actes !

La municipalité n’est pas à la hauteur des enjeux : il n’est pas possible à la fois d’augmenter de manière excessive les indemnités des éluEs, de tripler le budget fêtes & cérémonies et d’aider celles et ceux qui en ont le plus besoin. Moins de 6 mois après son installation, cette majorité municipale hétéroclite a déjà tourné le dos aux promesses faites.

Dès aujourd’hui, nous appelons les citoyens à construire ensemble une alternative politique, locale et nationale. Débattre, proposer, construire l’alternative : nous donnons rendez-vous aux citoyenNEs chaque mois le lundi précédant le Conseil Municipal.

Prochain Débat public : lundi 15 septembre, 18h30, à la Maison des Associations.


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSCommuniqués