Conférence de Presse du 23 mars 2012

Dossiers cachés : Châtelet, câble Vercors, Alpexpo

Avant le conseil municipal du 26 mars, un point sur les projets phares :
- Châtelet : nouveau projet sans concertation, ni validation
- Téléphérique Vercors : sorti du chapeau du président de la Métro
- Alpexpo : un trou de 2 millions d’euros !

 Rénovation Châtelet : les élus, les services, les architectes, les habitants, n’ont pas réussi à se croiser

Nous allons voter lundi prochain le projet de rénovation des quartiers Châtelet 1 et 2. Le problème, c’est que le projet présenté n’a plus rien à voir avec l’avant-projet qui avait été présenté et voté par le conseil municipal il y a un peu plus d’un an…
Ce premier projet a été profondément modifié à la suite de la désignation de l’architecte en chef.
Cette dernière a considéré, certainement à juste titre, qu’il fallait l’améliorer en diminuant un peu la hauteur des bâtiments construits au sud, et en construisant des petites maisons « en bandes ». La transformation est significative.
Nous nous félicitons de la capacité affichée de la Ville à remettre en cause ses choix… mais la Ville, ce n’est pas que son adjoint à l’immobilier. Et une fois de plus, nous devons regretter le manque de démocratie : un avant projet débattu durant plusieurs mois avec les habitants et voté en conseil municipal se retrouve totalement transformé et soumis à un nouveau vote du conseil municipal. Une information a été donnée aux habitants, c’est donc toujours le même fonctionnement.
Faut il penser que tout ce qui avait été débattu, proposé et décidé collectivement était mal conçu ?
Si tel est le cas, pourquoi, un nouveau débat n’a-t-il pas été proposé ? Une simple information aux habitants indique que finalement, seul-e-s les élu-e-s et les spécialistes de l’aménagement sont en capacité de décider. Nous ne sommes plus dans de la démocratie participative, mais cela nous l’avions compris depuis longtemps.

 Le projet par câble vers le Vercors mérite mieux qu’une annonce sans étude, sans maître d’œuvre et sans financement.

Le projet de liaison par câble entre Fontaine et le plateau du Vercors demande à être étudiée sérieusement, ce qui n’a pas été le cas. Nous sommes face ici à une annonce politique sans réelle concertation entre les collectivités concernées et précédant les études qui devraient être menées pour estimer la pertinence et la faisabilité du projet.
Ce n’est pas le temps qui a manqué, puisque ce projet de liaison par câble avait déjà été envisagé dans le cadre de la candidature à l’organisation des Jeux Olympiques, candidature qui avait été lancée en 2007, il y a 5 ans… La maîtrise d’ouvrage d’un tel projet devrait revenir au Conseil Général. Le financement et l’exploitation privés évoqués par Marc BAIETTO n’ont pas de sens : les déficits d’exploitation en matière de transport public sont de l’ordre de 70 à 90%. On voit mal une exploitation privée se saisir d’un tel ratio, d’autant qu’évidemment, un ticket d’accès très cher ferait fuir les usagers potentiels.

 Compte rendu d’activité de la Mission Locale : une mission de plus en plus utile

Le travail de la Mission Locale est indispensable pour l’aide aux jeunes, et on constate qu’un nombre toujours croissant de jeunes sollicitent ses services. Le travail des professionnel-le-s de la Mission Locale demande du temps, beaucoup de temps, et on peut se réjouir de la qualité et de la solidité des partenariats qui sont installés pour faciliter ce travail.
Nous tenons à rendre hommage aux Salarié-es de la Mission Locale qui développent des trésors de patience, d’imagination et de persévérance pour que chaque jeune qui pousse la porte trouve un début de réponse à ses difficultés.

 A ALPEXPO, c’est la foire dans les chiffres !

La Ville de Grenoble se prépare à voter 1 M € d’apport en compte courant d’associés pour la SEM Alpexpo. La raison en est simple : la situation financière catastrophique de cet équipement…
Au conseil d’Administration du 16/11/2011, il est annoncé pour les comptes 2011 un résultat net de - 484 K € par le Directeur Guy CHANAL. Ce même directeur qualifié d’irremplaçable par le Maire Michel DESTOT. En mars 2012, soit trois mois plus tard, la réalité qui risque d’apparaître quand les comptes seront définitivement arrêtés est un résultat net de - 1 968 K €. Soit une variation de 400 %... Il y a là prés de 1,5 M € de déficit qui ne sont pas le fruit de résultats déficitaires cumulés mais le déficit sur la seule année 2011, ou, si on veut être rigoureux, sur les seuls 45 derniers jours de l’année, soit une perte de 30 000 € par jour !
Alors de deux choses l’une : soit il y a eu tentative de dissimulation de cette situation financière de la part du Directeur, qui était forcément au courant pour avoir signé toutes les factures ; soit nous sommes face à une énorme incompétence.
En effet, le commissaire aux comptes d’Alpexpo aurait dû dès le Conseil d’Administration du 16 novembre lancer une procédure d’alerte : les capitaux propres allaient être inférieurs à la moitié du capital social. Donc du temps précieux a été perdu… et aujourd’hui, il nous paraît vraiment inadmissible d’engager 1 million d’euros dans une entreprise dont on ne sait pas pourquoi elle a eu de telles pertes... Le manque de contrôle par la ville est évident...
Du coup se pose la question de la gestion de ces grands équipements. Beaucoup comme Mr de LONGEVIALLE pensent que cette gestion de certains équipements devrait être privée…
Mais gestion publique ou privée ne change pas fondamentalement les choses, mis à part quelques économies d’échelle possible… Si pour assurer la rentabilité dans la gestion d’un équipement c’est la collectivité (donc le contribuable) qui assure l’équilibre par le biais d’une subvention d’équilibre, le résultat est le même et ne représente pour la collectivité aucun d’intérêt. C’est malheureusement souvent le cas… Ainsi pour le stade des Alpes, le GF 38 versait une redevance de 500 K euros, plus une part variable sur les recettes réalisées soit environ 1,2 M € par an, pour un stade qui coûte réellement à la collectivité prés de 6 M € par an.
Alors quelle solution ? La meilleure solution, c’est d’éviter de se créer des problèmes, par exemple en ne cherchant pas à vivre au dessus de ses moyens.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSCommuniqués