CM du 22/02/10

Que vont devenir les MJC ?

Question orale présentée par Olivier Bertrand

Cette question orale ne sera pas politicienne Monsieur le Maire…

Lors du Conseil municipal du 16 décembre 2009, une majorité de notre assemblée a adopté les nouvelles conventions liant la Ville de Grenoble aux MJC. Nous savions pourtant à cette date que la plupart des MJC s’opposait à ces nouvelles conventions qui les rendent très dépendantes des objectifs politiques portés par votre majorité.

Aujourd’hui, les MJC craignent avant tout pour l’emploi des salariés. Plusieurs MJC ont déjà dû faire de très gros efforts dans les mois et les années passés en licenciant une partie du personnel. Elles fonctionnent aujourd’hui avec des équipes réduites et dans des conditions de travail à la limite de ce qui peut être accepté par la convention collective de l’animation.

Monsieur le Maire, les MJC sont des associations indépendantes. Pouvez-vous nous assurer que vous respecterez cette indépendance des projets associatifs ? Pouvez-vous aujourd’hui rassurer les salariés et les militants associatifs qui portent à bout de bras les MJC, en garantissant que la politique socioculturelle que vous menez ne se traduira pas par de nouveaux licenciements ?

Je vous remercie.

Réponse de M. le Maire :

A mon tour Monsieur le Conseiller municipal de vous remercier de cette interrogation qui me permet de revenir sur un dossier important et de lever, si c’est nécessaire, les ambiguïtés et interrogations qui peuvent ici ou là s’exprimer. Je veux donc rappeler les principes qui ont guidé notre réflexion et l’élaboration de ces nouvelles conventions, politique mise en œuvre au sein de notre équipe municipale par Paul Bron et Hélène Vincent.

En premier lieu, l’enveloppe globale affectée aux subventions aux structures socioculturelles reste inchangée et maintenue au montant de 5 318 000€. Je précise à cet égard que cette enveloppe est maintenue alors même que les recettes de la Ville pour l’action socioculturelle ont été réduites de 400 000€ suite à de nouvelles modalités de financement de la CAF. Evolution qui a également touché les structures, c’est là qu’il faut aller chercher la responsabilité de certains licenciements que vous évoquez. Je pense donc que nous pouvons nous rejoindre pour regretter les évolutions récentes apportées aux politiques gouvernementales d’accompagnement de l’éducation populaire.

Ensuite, nous n’avons en aucune façon l’intention de mettre en cause l’indépendance associative ou de s’immiscer dans la définition du projet de chacune des structures. Chaque maison de l’enfance, chaque maison pour tous, chaque MJC, chaque association est évidemment libre de ses choix et des ses priorités. Il n’en est pas moins vrai qu’il appartient à notre Conseil de définir des axes prioritaires en terme de politique enfance et de politique jeunesse sur lesquels les subventions peuvent être prioritairement fléchées. Comme chacun d’entre nous, vous connaissez en effet l’attente de nos concitoyens en terme d’accueil en centres de loisirs, en terme d’accompagnement éducatif ou d’accompagnement à l’autonomie et je pense donc que vous partagez l’affectation prioritaire de l’argent public sur ces missions. Il me semble par ailleurs sain qu’un certain nombre d’activités proposées par les associations puissent s’autofinancer, voire qu’elles fassent l’objet de facturation au quotient familial, permettant de faire partager les efforts de financement.

S’agissant enfin de l’emploi. Je vais vous assurer, comme nous l’avons fait en décembre dernier lors de l’examen des conventions, lors de nos échanges avec les structures socioculturelles, que nous serons particulièrement attentifs sur cette question. Il n’est d’ailleurs pas lié au nouveau mode de fonctionnement par les conventions puisque les pertes de subvention qui concernent les MJC ne correspondent jamais au montant d’un poste. Je rappelle pour autant notre engagement qui est d’étudier chacune des situations au cas par cas et ainsi d’évaluer précisément, structure par structure, les effets de ce nouveau conventionnement.

Je vous indique enfin que, depuis le 16 décembre, les échanges se sont régulièrement poursuivis avec les 6 MJC, avec les 20 associations conventionnées qui n’avaient pas encore signé les conventions. De nombreuses rencontres, individuelles et collectives, ont été organisées au cours desquelles des garanties ont été apportées. Nous avons également acté le fait d’acter un nouveau préambule aux conventions qui reconnaît le fait associatif et porte notamment sur l’indépendance associative. Certains des maisons concernées ont depuis signé la convention que nous leur proposions. Ces échanges se poursuivent et je souhaite évidemment qu’ils aboutissent au mieux des intérêts des usagers, qu’ils soient actuels ou futurs, ainsi que des MJC.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2010 RSSConseil du 22/2/10