Conseil Municipal du 26/10/2009

Regard critique d’un élu écologiste

par Gilles Kuntz

Un non-évènement au début de ce conseil avait particulièrement attiré la presse : l’intergroupe de l’opposition de droite a implosé... Gloussements du Maire, sortie des frères ennemis pour accorder des interviews embarrassées.

Le plus drôle est que les deux nouveaux groupes (5 d’un côté et 4 de l’autre) revendiquent le même nom Majorité Présidentielle ! Depuis on apprend que peut-être les quatre qui ont rallié Matthieu Chamussy ne seraient plus que deux et que les deux autres, qui n’ont jamais renié (bien au contraire) l’ancien maire corrompu Alain Carignon, n’auraient pas encore choisi leur camp... Tout cela sent les luttes politiciennes pour le pouvoir et non les combats d’idée. Du coup, notre groupe de 6 devient le premier groupe des oppositions !

Le vrai travail du conseil a commencé par une délibération ou plutôt une communication pour les médias comme c’est devenu la règle : le plan facteur 4 de développement durable de Grenoble. L’ex-adjoint aux JO reconverti dans l’écologie est venu défendre son plan un an après son lancement. Un ensemble d’actions déjà entamées dans le précédent mandat en particulier par nos élus est regroupé sous ce titre très accrocheur. On pourrait croire qu’il s’agit de réduire nos émissions d’un facteur 4, faux : seulement de les baisser de 20 %, quand l’Ultimatum Climatique que Grenoble a signé à la même occasion s’engage à les diminuer de 40 % pendant le même temps. Allez comprendre... Un moment intéressant a été la prise de parole de GO par la voix de Jean-Philippe Motte après qu’Olivier Bertrand ait levé le lièvre de la Rocade Nord qui figure à tort comme un des points du plan de réduction du CO2 voté par Grenoble. Ce groupe a fait part publiquement de ses doutes sur cette rocade qui défigurerait l’entrée de la Ville et la presqu’île. Nous devrions en savoir plus sur les divisions de la majorité au prochain conseil, où ce sujet sera à l’ordre du jour dans le cadre de l’enquête publique en cours.

Deuxième point très médiatisé : le projet Presqu’île (ne plus dire GIANT, cela fait tache..). Gwendoline Delbos-Corfield a montré avec conviction le fantasme qu’il y a derrière ce projet qui ne fait place qu’à la technologie et à ses personnels en oubliant de construire une vraie ville pour des habitants semblables à la diversité des populations de tous nos quartiers. Le rêve de la majorité est à son comble quand il est question de tours, de Park Avenue... On a commis l’erreur dans les années 70 de créer un campus déconnecté de la ville à l’est, ces élus n’ont rien compris et veulent en refaire un autre à l’ouest dans un territoire qui représente 20 % de la Ville. On passe à côté de la derrière opportunité de créer un grand quartier pour tous les habitants et non pour les seules entreprises.

Comme à chaque fois le reste du conseil démarre après 21h avec 74 délibérations à présenter et à voter au pas de charge. Il reste pourtant de nombreuses délibérations qui ont attiré le public, qui souvent n’y assistera pas, car obligé de partir 4 heures après le début du conseil :
- des aides à hauteur cette fois d’un million et demi d’euros à la place de l’État pour l’ILL et le Synchrotron entre autres...
- le rapport de la Cour Régionale des Comptes sur la Compagnie de Chauffage qui confirme ce que nous disions depuis des années : manque de transparence, tarifs irréguliers, pas de contrôle réel de la Ville sur cet organisme que pourtant elle possède à 51 %, des dividendes substantiels aux actionnaires grâce à des tarifs injustifiés.
- la candidature de Grenoble pour baisser la puissance des émetteurs de téléphonie mobile sur la commune, quand les engagements électoraux du Maire à démonter des antennes à Villeneuve ne sont toujours pas remplis...
- des subventions non obligatoires aux écoles privées mises en place sous Carignon et qui sont renouvelées sans condition.
- la deuxième modification du Budget 2009, qui confirme que notre budget alternatif sans augmentation des taux était réaliste. Par exemple nous proposions de baisser de 640 000 € le niveau des intérêts de la dette. En fait, cette délibération entérine une baisse .. de 3 M€, ce qui signifie qu’avec cette seule donnée, il était possible de n’augmenter les taux que de 6 % au lieu de 9 %...

Quand on vous dit que cette hausse violente des impôts n’était pas justifiée...




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2009 RSSConseil du 26/10/09