CM du 23/02/09 - Délibérations 1 à 6 – DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE & PROJET URBAIN

Presqu’île – Opération d’aménagement

Intervention d’Olivier Bertrand

Sur ces 6 délibérations, une remarque préalable avant d’en venir au fond. Nous savons par la presse et par les différentes discussions que nous avons eu que le projet de presqu’île est très loin d’être partagé par l’ensemble des acteurs. La méthode utilisée qui a consisté à faire un coup médiatique avant l’élection plutôt que de co-élaborer le projet avec les personnes concernées est mal passé, notamment dans la communauté universitaire.

L’idée d’aménager et de valoriser un quartier enclavé avait pourtant de quoi recueillir un large consentement. Mais la méthode privilégiant la communication, au détriment du dialogue, a entraîné beaucoup de contestations. Cette contestation a tout de même permis des modifications, au point que l’intitulé du projet lui-même a changé. On est passé du projet GIANT au projet Presqu’île.

Mais, aujourd’hui, c’est plus particulièrement sur l’aspect urbain que nous devons nous prononcer.

Tout d’abord, vous avez dit Madame Fioraso que l’étude d’impact préconisait de ne pas construire de logements dans le périmètre de la pile de l’ILL, mais que « ce n’est pas une obligation ». Nous espérons que vous respecterez cette préconisation qui est quand même de bon sens.

Sur la révision du Plan Local d’Urbanisme, la délibération explique clairement qu’une des raisons majeures qui justifie la révision est l’intégration de la rocade nord et le nécessaire redimensionnement de la rue des Martyrs, et c’est le centre de mon intervention.

La rue des martyrs est définie comme, je cite, le futur « cœur de vie », avec une volonté d’habitat concentré dans des immeubles de grandes hauteurs de 60 mètres maximum. Vous parlez même de l’ossature principale du projet, de colonne vertébrale. Vous prévoyez des terrasses, des restaurants, des cafés.

Mais ce que vous oubliez de dire c’est que la rocade, si elle se réalise, induirait un trafic très important puisque l’échangeur entre la rue des martyrs et la rocade est le seul prévu sur Grenoble et qu’il sera utilisé pour rejoindre le centre ville. Il est même d’ailleurs prévu de faciliter le transit par la rue des martyrs par une infrastructure de franchissement des voies ferrés. C’est la fameuse trémie qui nous a été encore montrée et dont nous avons voté les études il y a quelques mois.

Il est donc complètement paradoxal de parler dans la même délibération de nécessaire élargissement de la rue des martyrs et quelques lignes plus loin de parler de limitation des déplacements automobiles. Parce que franchement, qui peut dire, sérieusement, que l’arrivé d’un échangeur autoroutier sur la presqu’ile ne va pas générer une forte augmentation du trafic ? Avec l’échangeur, la rue des martyrs aura obligatoirement une fonction de transit et non pas comme les autres axes du site une seule fonction de desserte locale.

Vous proposez donc un projet qui concentre le maximum de logements et d’habitants le long de l’axe qui verrait la circulation fortement augmenter si la rocade se réalise. Et vous n’hésitez pas à parler de développement durable. Il va quand même falloir expliquer en quoi le fait de concentrer l’habitat sur un boulevard de transit qui rejoint une autoroute urbaine par un échangeur, c’est du développement durable.

C’est l’ossature même du projet, sa véritable raison d’être qui est remise en cause par la Rocade. Vous tentez de minimiser le problème en précisant qu’il n’y aurait qu’une voie de circulation automobile par sens sur la rue des martyrs mais nous savons que cette question perturbe énormément les personnes qui travaillent actuellement le projet. D’ailleurs Claude Vasconi lui-même ne voulait pas de cet échangeur, il ne l’avait pas intégré dans ces études d’intentions. Le maintien de l’échangeur aurait du amener une modification complète du projet pour éviter de concentrer l’habitat sur l’axe qui serait le plus bruyant et le plus pollué du site.

Le fait d’avoir maintenu l’échangeur sans modifier le projet est contradictoire avec toute l’évolution des politiques urbaines depuis 30 ans. Plus aucune ville n’oserait développer un cœur de quartier autour d’un boulevard urbain à fort trafic et à proximité d’un échangeur.

Vous communiquez sur un projet acceptable par tous, avec des panneaux photovoltaïques, des navettes électriques, de la végétalisation. Mais derrière cette communication, la réalité, c’est que le cœur du projet sera une rue des martyrs transformée en axe de transit.

Lors de la concertation, beaucoup de personnes se sont d’ailleurs interrogées sur l’intégration urbaine et le trafic généré par la rocade. On a eu le droit à un florilège de phrases toutes prêtes du type : « intégrer attentivement et soigneusement les futures grandes infrastructures ».

Nous savons que cette question du trafic de transit sur la rue des martyrs inquiète beaucoup de monde. Plutôt que de faire comme si elle n’existait pas, nous vous demandons très sérieusement de ne pas vous enfermer dans cette logique. Il y a deux portes de sorties possibles :

-  la première serait de revoir le projet en privilégiant la construction d’immeubles sur les axes de dessertes locales et non sur l’axe central

-  la deuxième, qui est bien sur celle que nous souhaitons, serait d’admettre que la rocade est un élément perturbant du projet et de demander au moins la suppression de l’échangeur. La rue des martyrs retrouverait alors la fonction envisagée par l’architexte avec une desserte privilégiée en tram.

Nous vous avions déjà alerté sur certaines insuffisances du projet : il prévoyait notamment la construction de grandes tours. Nous vous avions indiqué qu’il n’existait pas de grandes tours écolos. Les gratte-ciels écolo, c’est comme les rocades nord– développement durable ou les jeux olympiques sans carbone, ça n’existe pas. Ca amuse la galerie dans des opérations de communication mais ça ne tient pas face à la dure réalité des faits.

La grande tour la plus économe en énergie est celle qui a été construite à Dubaï, elle a couté une fortune et elle est encore largement en dessus des normes HQE française en consommation d’énergie. Les architectes font des progrès mais il y a encore du chemin dans ce domaine là.

Sur ce point, vous nous avez entendus. Nous constatons avec satisfaction que les tours ont disparu. Ces tours étaient quand même sur tous les plans et sur toutes les photos futuristes de l’exposition, à la plateforme, et reprises dans les média locaux. Elles sont d’ailleurs toujours, ces tours, dans l’exposition dans le hall derrière nous. Elles ont disparu par la petite porte : il a fallu que je vous interroge Madame Fioraso en commission pour avoir la confirmation de leur abandon. Elles n’étaient soit disant que des « intentions » de Claude Vasconi.

Nous avons déjà fait part d’un projet alternatif au vôtre que nous avons intitulé le projet « Global ». Sur son aspect urbain, le projet devait être élaboré en atelier avec la population. Ce n’est pas une démarche révolutionnaire que nous préconisions mais simplement de bon sens. C’est d’ailleurs ce que font beaucoup de Villes qui associent la population au moment de la définition du projet, et non après.

Dans la Gazette des communes de cette semaine, on a l’exemple du quartier de Nantes, que vous avez cité Madame Fioraso : le projet propose exactement ce que nous aurions dû faire sur une problématique très proche, un quartier enclavé, proche de la gare. La philosophie générale du projet tourne autour de grands axes pour irriguer le quartier et d’ilots d’habitation desservis par des voies piétonnes. La population a été associé à la définition du projet et puis ensuite pour décider des détails. Cette participation a permis des modifications importantes et notamment le choix de voies piétonnes.

Nous vous invitons donc Monsieur le Maire à considérer que le projet n’est pas acceptable en l’état et à tenir compte de nos remarques pour le faire évoluer.

Merci.

Délibérations adoptées. Votes :

- Suppression de la ZAC Minatec : unanimité

- Suppression de la ZAC Polytec : unanimité

- Bilan de la concertation sur la révision du PLU : 15 contre (Verts, Ades, Alternatifs / UMP) / 44 pour (PS / MoDem / PC / Go)

- Bilan de la concertation sur l’opération d’aménagement Presqu’île : 15 contre (Verts, Ades, Alternatifs / UMP) / 44 pour (PS / MoDem / PC / Go)

- Projet de révision simplifiée du PLU : 15 contre (Verts, Ades, Alternatifs / UMP) / 44 pour (PS / MoDem / PC / Go)

- Dossier de création de la ZAC Presqu’île : 15 contre (Verts, Ades, Alternatifs / UMP) / 44 pour (PS / MoDem / PC / Go)


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2009 RSSConseil du 23/02/09