CM du 22 septembre 2008 - Délibération 8-A 029 URBANISME AMENAGEMENT

ZAC MISTRAL : Démolition des « barres Strauss »

Intervention de Maryvonne Boileau

Sur cette délibération qui porte sur les démolitions des barres Strauss du quartier Mistral, nous pouvons aujourd’hui dire que les premiers équipements tels que le Plateau, la place et les nouvelles constructions apportent une amélioration vraiment certaine à l’image du quartier. Les équipements scolaires et de petite enfance, les nouveaux logements vont certainement conforter ces changements. Malgré tout, nous souhaitons quand même attirer l’attention de cette assemblée sur au moins 3 points.

En premier point, après la démolition de ces deux barres de logements, sommes-nous certains de pouvoir construire suffisamment de logements pour continuer le relogement des locataires des autres barres de Mistral, quand on sait les difficultés rencontrées pour le relogement de la première barre ? Ces locataires qui relèvent majoritairement des loyers les moins élevés d’où l’impérieuse nécessité d’aides publiques pour la construction d’un nombre important de logements de qualité, dits PLAI (logements pour personne en insertion), à défaut desquels, si nous ne les avons pas, ces locataires devront obligatoirement être relogés dans le parc existant, ce qui annule du coup la volonté affichée des projets ANRU d’assurer une mixité sociale en démolissant des logements en ZUS pour éventuellement supprimer les problèmes.

Les collectivités locales risquent d’être dans l’obligation d’affronter seules la réalité du manque de logements sociaux, avec le désengagement de l’Etat qui est déjà significatif et qui s’annonce encore plus important. Il s’avère plus nécessaire que jamais d’utiliser l’argent public à des fins utiles, voire indispensables, pour permettre aux grenoblois, tous les grenoblois, de se loger décemment. La Ville, la Métro et le Conseil général vont sans doute devoir apporter un concours plus important aux organismes de logements sociaux, à commencer par les deux établissements qui sont attachés à la Ville. Nous avons bien lu dans la presse les projets des tours -on en parlait tout à l’heure - qui résoudraient éventuellement des problèmes, mais la difficulté c’est que c’est tout de suite que les locataires de Mistral et de la Villeneuve vont devoir être relogés, sans parler de ceux qui attendent depuis beaucoup d’années de se voir offrir un logement social.

Le plus grave aujourd’hui, c’est le désengagement de l’Etat. Et à la veille d’un congrès HLM, je ne peux pas m’empêcher quand même de relever ce qu’a dit la ministre du logement qui, hélas, fait courir le bruit que les organismes HLM auraient des réserves d’or qu’ils refuseraient d’utiliser alors qu’ils revendiquent sans arrêt des aides publiques. Et comme par hasard, c’est elle aussi qui conseille aux organismes de procéder à la vente de logements sociaux aux locataires pour qu’ils se constituent des fonds propres et ainsi reconstruisent l’offre. Sans parler de la méconnaissance des besoins de subventions pour la construction de logements à loyers plafonnés, on ne peut que s’inquiéter de l’incohérence de ces propos.

Le second point porte là sur autre problème de ce secteur, de ce quartier Mistral mais aussi du grand secteur, sur la portée des nuisances que risque d’apporter l’élargissement de l’A480. On évite un peu, souvent d’ailleurs, de parler de ce sujet sensible, et particulièrement aux habitants. Il est, à notre avis, plus qu’urgent de se préoccuper de leur avis, ainsi que de celui des habitants des Eaux Claires, sur cet élargissement. Car non seulement il y a beaucoup d’incertitude de relogement pour les locataires des bâtiments démolis et quant aux habitants qui resteront dans le quartier on leur apporte un peu plus de bruit, un peu plus de pollution, tout cela manque un peu singulièrement de transparence.

Enfin, qu’en est-il réellement de l’accompagnement social dans ce projet de renouvellement urbain ? Les contrats urbains de cohésion sociale se terminent fin 2009 et seront remplacés par le plan banlieue, qui va devenir carrément une peau de chagrin et pour lequel le financement est très incertain. Là encore les collectivités locales vont rester seules face aux problèmes posés par ces quartiers et j’ai vu, Monsieur le Maire, que vous alertiez, avec d’autres élus, sur ce problème important. Alors, nous, nous posons la question : quel est le projet pour les 6 ans à venir pour véritablement améliorer la vie quotidienne des habitants ?

Il ne suffit pas d’apporter des jeux à la population, sans arrêt des jeux, il arrive un moment où les jeux risquent de n’amuser plus personne et les réveils pourraient être un peu dur.

Délibération adoptée.

Votes.

Contre : 6 ( Verts, Ades, Alternatifs)

Pour : 53 (PS / UMP / MoDem / PC / Go)


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2008 RSSConseil du 22/9/08