Conseil de La Métro du 28 mai 2010

Compte administratif 2009 – Budget principal

Intervention de Gilles Kuntz

L’amélioration de la situation financière est forte, mais il faut l’analyser avec prudence.

Elle est due en premier lieu à la forte augmentation des impôts sur les ménages : 10 M€ de fiscalité mixte et + 3,7 M€ de TEOM par rapport à 2008. Soit au total 13,7 M€. Or l’amélioration par rapport au Budget primitif de l’épargne nette est de 13,6 M€ soit pratiquement le même chiffre.

Ceci veut dire que l’exécution du budget 2009 tel que voté, n’avait pas besoin de l’augmentation des impôts des ménages. Dans cette période de grandes difficultés pour beaucoup d’habitants, il ne faut augmenter les impôts que si c’est absolument nécessaire, ce qui n’était pas le cas pour l’année 2009.

Alors que les dépenses de fonctionnement n’ont évolué que de 1,5 %, les recettes de fonctionnement ont progressé de 4,6 % grâce à l’augmentation des impôts, d’où une forte amélioration de l’épargne de gestion puis de l’épargne brute, d’autant plus forte que les charges financières ont très fortement diminué. La capacité de désendettement s’est aussi bien améliorée, permettant cette année de revenir dans des zones moins dangereuses. Malgré le renforcement de l’autofinancement le stock de la dette a encore augmenté de 9 M€. Ceci en raison d’un niveau d’investissement toujours trop élevé. Il faudra absolument adapter le niveau d’investissement aux possibilités réelles de la Métro.

Pour notre part nous estimons qu’il y a trop de dépenses dans les programmes de Recherche et Développement dans les micro et nanotechnologies et pas assez dans le secteur de l’économie sociale et solidaire. Cette monoculture imposée par un puissant lobby tourne le dos à un type de développement économique basé sur des emplois non délocalisables et plus utiles notamment pour la mise en place de filières dans les économies d’énergie et les énergies renouvelables dans les logements.

Il est dommage dans ce CA 2009 de ne pas séparer les montants des dépenses liées à la collecte des ordures ménagères de leur traitement, que ce soit en fonctionnement et en investissement. Nous l’avons demandé en commission des finances et en bureau et nous venons d’avoir juste d’avoir à notre entrée en séance des données partielles. Pourtant ces informations sont essentielles pour connaitre l’utilisation de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères qui a été créée pour financer seulement la collecte et non le traitement ds ordures qui lui l’a toujours été par le budget de la Métro avant le transfert de la seule compétence enlèvement des ordures ménagères par les communes.

Le poids financier du stade doit inclure les coûts financiers liés à l’investissement (annuités des emprunts). Cela permettrait de calculer un prix de location en adéquation avec les charges totales supportées par la Métro, ce qui n’est pas le cas actuellement.
Il est particulièrement scandaleux de voir que la Métro a fait un beau cadeau à Johnny Hallyday qui n’est pourtant pas nécessiteux, surtout quand on calcule le montant qu’a dû atteindre la recette de la billetterie, largement au-delà du million d’euro sinon les 2 millions.
Concernant les coûts du Stade des Alpes indiqués page 37, il faut relever une erreur puisqu’il est indiqué un coût de 1,95 M€ hors personnel et concert de J. Halliday dans le tableau à gauche, alors que la sommes des mêmes postes détaillés au dessous atteint 2,26 M€. Où est la différence ? Où sont comptés les 240 00 € de taxes foncières ? Nous attendons donc toujours ls comptes précis en investissement et fonctionnement du Stade...

Pour conclure, ce compte administratif 2009 est l’exécution d’un budget que nous n’avons pas voté, car exclu de notre conseil entre mars 2008 et septembre 2009, en nous abstenant sur ce dossier nous ne donnons pas du crédit à ce mauvais budget qui a vu la création d’un nouvel impôt direct de La Métro, mais nous notons par ce vote un redressement des finances de La Métro qu’il convient de poursuivre par des politiques moins dispendieuses et plus proches des besoins réels des habitants.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil de la Métro RSSConseils précédents RSSConseils 2010 RSSConseil du 28/5/10