CM du 14/12/09 - Délibération 1-E 012 – FINANCES

Budget primitif 2010 - Budget Principal

Intervention de Maryvonne Boileau

Merci Monsieur le Maire.

Nous voilà donc revenus à une période, un moment importants de l’action municipale puisque nous allons débattre ce soir de ce budget municipal 2010. Ce débat intervient dans un contexte de politique gouvernementale qui amplifie la crise sociale, car oui, nous savons que l’Etat va maintenant se désengager très fortement. Vous nous avez fait la démonstration, Monsieur le 1er Adjoint, qu’il y avait eu des désengagements successifs ces dernières années mais ce n’était pas tout à fait juste pour l’année dernière. Peu importe.

La crise sociale prend de multiples visages, notamment le pouvoir d’achat -et même pour certains le pouvoir de vivre- se dégrade rapidement et pour de très nombreux ménages. La fiscalité devient moins distributive avec le bouclier fiscal et la baisse de la progressivité de l’impôt… Mais surtout, le chômage augmente, le nombre de ménages surendettés inquiète tous les observateurs.

Le coût du logement, de la santé, mais aussi hélas, certains tarifs de services publics évoluent plus rapidement que les salaires, pensions et allocations et deviennent insupportables aux plus démunis mais aussi aux classes moyennes.

Il n’y a pas de surprise : le budget de cette majorité est conforme à ce qui avait été annoncé lors du Débat d’Orientation Budgétaire.

Alors, on peut bien nous dire qu’il n’y a pas eu d’augmentation des taux, certes, mais on ne va quand même pas augmenter tous les ans de 9% ! Donc, les 9% que nous avons eus l’année dernière, nous les gardons cette année, et notamment sur la Taxe Foncière, cela va se ressentir extrêmement fortement.

Notre groupe estime donc que ce budget tourne le dos à 4 exigences : une exigence démocratique, une exigence sociale, une exigence écologique, une exigence économique.

- L’exigence démocratique : il serait intéressant qu’enfin, pour ce budget qui est l’acte politique central de l’année, il y ait un débat public. C’est toujours contraire à l’esprit de la Charte de la démocratie locale sur l’organisation de la concertation et du débat avant la prise de décision. C’est vous qui l’avez écrite. Les Grenoblois auront droit, comme l’année dernière, à des déclarations d’autosatisfaction lors des réunions publiques par secteur. Ce n’est pas notre conception de la démocratie.

- L’exigence sociale : ce budget n’a rien corrigé d’une imposition beaucoup trop forte qui pèse très lourdement sur de très nombreux ménages grenoblois qui sont dans des situations sociales difficiles, ce qui ne leur apporte rien en contrepartie. Il était possible de corriger l’erreur du budget 2009 et de baisser les taux des impôts. Nous proposerons tout à l’heure, par la voix de mes collègues, de revenir au taux en vigueur en 2008, en proposant d’aller plus loin sur certaines politiques sociales. Des économies importantes sont possibles sans mettre en péril le fonctionnement de la mairie et en assurant les services publics essentiels. Il faut revenir à une gestion économe de l’argent public. Juste une petite parenthèse sur la question du chauffage urbain : certes, la TVA est baissée à 5,5% ; est-il concevable que, dans cette période où les gens subissent de plein fouet la crise et comme vous dites il est en train de faire très très froid, l’on voit une Compagnie de Chauffage qui est une Société d’Economie Mixte dont l’actionnaire majoritaire est une municipalité dite de gauche –ou socialiste, on ne sait plus- qui se fasse des ressources propres très importantes ? On pourrait imaginer autre chose…

-  L’exigence écologique : à l’heure de Copenhague, où le Maire revendique une action importante des Villes, le budget d’investissement devrait donner le signe d’un vrai changement de politique, avec des priorités claires vis-à-vis des objectifs du facteur 4 de diminution d’émission des Gaz à effet de serre d’ici à 2050. Ce n’est pas le cas. Les projets phares, GIANT et Esplanade, ne sont pas Copenhague compatibles, contrairement à ce qui est affirmé. Ils doivent être entièrement revus. La grande priorité doit être donnée à l’action forte sur les bâtiments publics et les logements existants et repenser les autres projets. L’exemple de la rocade nord est une caricature qu’il faut interrompre. D’ailleurs à ce sujet, nous avons écouté, comme beaucoup sans doute, attentivement le Maire de Grenoble sur France 2, dans le cadre du débat sur Copenhague. A aucun moment, vous n’avez défendu ce projet autoroutier. Pourtant, ici à Grenoble, quand vous êtes là, vous dites qu’il va entraîner une diminution de 3 % des gaz à effet de serre. Pourquoi ne pas avoir donné une information aussi importante aux téléspectateurs : une autoroute diminue les émissions de gaz à effet de serre ?

- Une exigence économique : la Ville s’occupe d’actions économiques qui ne relèvent pas de sa compétence et qu’elle est la seule à faire dans l’agglomération : aide au développement des nanos, CLINATEC, pôles de compétitivité… Il est incohérent de crier sans cesse au désengagement de l’Etat et de se substituer à lui dans certains domaines, sur décision de quelques personnes. Pour nous, ce n’est pas à la Ville de financer des programmes de Recherche et Développement technologique, à fortiori lorsqu’ils sont destinés à la recherche du secteur privé. La Ville peut au contraire apporter son aide à la création d’emplois utiles socialement, et surtout écologiques, comme le commerce de proximité, les aides à la personne ou l’entretien de la ville. Et la liste n’est pas close…

Note groupe, à travers une série d’amendements qui seront présentés par mes collègues, dessinera un budget alternatif à celui de la majorité qui sera un budget de gauche, économe, solidaire et écologique et qui réponde aux besoins et aux attentes d’une large majorité de Grenoblois et surtout aux exigences de la situation actuelle et future de notre ville.

Je vous remercie.

Après rejet des amendements proposés par le groupe, le budget est adopté, sans modification. Votes :

-  15 Contre (Verts, Ades, Alternatifs / UMP)

-  44 Pour (PS / MoDem / PC / Go)




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2009 RSSConseil du 14/12/09