Conseil Municipal du 28/09/09

Regard critique d’une élue écologiste

Par Gwendoline Delbos-Corfield

Le vote sur Clinatec, la clinique des nanotechnologies appliquées au cerveau : le contrôle démocratique n’existe décidément pas !

53 éluEs ont voté à ce Conseil Municipal une subvention importante pour un projet dont ils ne savent rien, et qui pourrait s’avérer problématique. Seuls les 6 éluEs écologistes ont voté contre. Comme pour les Jeux Olympiques par exemple, mais de manière plus globale, comme sur un certain nombre de sujets où les conseillers municipaux de droite comme de gauche, tous tournés vers la même pensée unique et le même mode de développement, ne remettent jamais en cause la toute puissance du progrès, les choix économiques capitalistiques et les caprices des dirigeants.

Il s’agit de la délibération numéro 74, convention de financement du projet Clinatec, qui implique une participation financière de la Ville de Grenoble de 2 200 000 €. Plus de 2 millions d’€ de la Ville pour ce contrat de projets Etat-Région 2007-2013. Clinatec, centre de recherche bio-médical ouvert aux industriels et académiques, dédié aux applications des nano-technologies à la médecine, est encore inconnu des Grenoblois, mais aussi des élus. Comment en serait-il autrement ? Depuis 2007, Raymond Avrillier et Marina Girod de l’Ain tentent d’avoir des informations sur cette clinique expérimentale. La Maire répond secret industriel, le Préfet ne peut donner de documents car les éléments sont classés « secret défense ». Il faut dire que tout se passe dans le giron du Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), et que cette clinique sera située hors milieu hospitalier, sur le site de Minatec.

Le sujet est délicat, et il est logique que la croyance forte dans le progrès de beaucoup d’éluEs les poussent à voter pour un projet tel que Clinatec sans trop se poser de questions. Mais 53 élus, c’est beaucoup. Où sont les voix dissidentes, où est l’esprit critique, l’autonomie démocratique nécessaire de chaque élu ? Notre groupe est intervenu pour rappeler que nous ne savons rien des patients qui y sont traités, des conditions de travail, des interactions chercheurs-industriels, de la vente des brevets, des risques sanitaires pour les employés comme pour la ville, du contrôle de l’argent public.

Bien entendu, le chantage affectif et la morale bien pensante ont été les premières ripostes. « Pensez aux malades. » « Vous jouez sur les peurs de gens, vous êtes des réactionnaires ». « Comment peut-on ne pas se réjouir d’avancées médicales élaborées grâce à de nouvelles technologies ? » A noter que moins de 4% des patients atteints de la maladie de parkinson peuvent être soignés par le traitement sur le cerveau utilisé dans cette clinique. Clinatec a évidemment beaucoup d’autres objectifs, notamment commerciaux. Voilà ce qui explique les sommes importantes mises en jeu, bien plus que le bien-être des malades.

Il y a quelques mois, on nous accusait de prendre en otage les Grenoblois dans le dossier JO, et de priver les enfants d’ici de la joie et des formidables retombées économiques provoquées par l’organisation des Jeux. Aujourd’hui, les propos sont devenues encore plus sordides : nous serions incapables de comprendre les besoins de certains malades. La part des dépenses mondiales investies dans les nanotechnologies consacrée à la recherche sur la santé est de O,4%.

Le Conseil Consultatif National d’Ethique pour les Sciences de la Vie et de la santé parle de manque de recherche fondamentale, ou encore plus préoccupant de recherche non rendue publique. A Clinatec, il n’y aura pas création de médicaments, mais invention de dispositifs de matériel médical. C’est dommage mais il n’y a pas encore de loi sur la question. Donc aucun besoin d’Autorisation de Mise sur le Marché comme pour les médicaments. Aucune validation scientifique des pairs ou d’observateurs indépendants n’est obligatoire avant de commercialiser ces instruments de soin qui contiennent des nanos matériaux. Ca tombe bien, sans contraintes réglementaires, la vente se fait plus vite et plus facilement. Ce qui sera industrialisé suite aux découvertes de Clinatec promet de rapporter de gros dividendes.

Clinatec est un secret bien gardé pour les éluEs, pour les Grenoblois, pour les malades eux-mêmes, pour les techniciens qui y travaillent. Et comme l’amiante en son temps, la plupart des éluEs regardent ailleurs, et votent sans rien savoir pour ne pas aller contre le progrès, les « chefs », et les promesses de profits économiques du marché exponentiel des nanotechnologies.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2009 RSSConseil du 28/09/09