CM du 18/05/09 - Délibération 31-A 002 URBANISME AMENAGEMENT

ZAC de Bonne : cession de droits à construire pour un programme hôtelier 4 étoiles

Intervention de Gwendoline Delbos-Corfield

Cette délibération est représentative de certaines difficultés que nous rencontrons régulièrement dans ce conseil municipal face à cette majorité : le manque de concertation à tous niveaux (habitants, associations, élus) et le choix de projet d’aménagement en contradiction complète avec un projet de développement urbain solidaire et durable. Une réserve foncière avait été faite par la Ville de Grenoble pour un véritable projet de service public local. Aujourd’hui, à la place on nous propose un soutien à la construction de prestige et aux investisseurs privés, au détriment du service public. Les administrateurs de la SEM SAGES ont eu un conseil d’administration le 13.01.09, nous n’avons pas eu d’informations. Le lendemain du Conseil Municipal qui a validé la cession du terrain de Grenoble à la SEM, le 21 avril 2009, à nouveau un CA, et sur les plans remis à cette occasion à propos de la ZAC de Bonne, cet îlot est toujours indiqué comme « équipement ».

En revanche, il semblerait que le milieu de l’hôtellerie ait été informé avant les citoyens et les élus grenoblois : un article de l’Hôtellerie-Restauration, journal des restaurants- hôtels-cafés, en date du 9 février 2009, mentionne ce projet d’hôtel « Radisson », signale que de nombreux hôtels, dans le cadre de la candidature aux JO d’hiver de 2018, envisagent de s’implanter à Grenoble, avant de conclure : « reste à savoir si la ville pourra digérer pareil expansion hôtelière ». Pourtant, en février, les JO étaient encore à l’ordre du jour…ce magazine de professionnel s’interrogeait déjà sur la pertinence d’une surabondance hôtelière dans une ville qui n’en a pas besoin. Un autre hôtel 4 étoiles est en projet en ce moment rue Thiers. Pourtant, ce dont Grenoble a le plus besoin, et cela a souvent été répété au sein de ce Conseil, ce sont des logements abordables pour des revenus moyens et modestes.

Encore une fois, des projets de luxe sont imaginés et mis en avant en pleine période de difficultés notoires pour une grande partie de la population. Nous l’avions dit pendant la période de la candidature aux JO : la capacité hôtelière exigée des villes en compétition était scandaleuse, au vu des vrais besoins de la population. Aujourd’hui, l’utilisation d’une réserve foncière pour du 4 étoiles est tout aussi choquante. Si ce projet hôtelier ne vient pas prendre la place de logements, il vient en revanche remplacer un projet de service rendu aux grenoblois. Cet espace avait été pensé sous le précédent mandat comme emplacement d’un équipement structurel de type culturel (bibliothèque, théâtre, etc.).

Si d’un mandat à l’autre, d’un adjoint à l’urbanisme à l’autre, d’une période à l’autre, on peut comprendre que les besoins évoluent et que les projets soient revus, il s’agit là d’une renonciation pure et simple à un projet au bénéfice de tous. Un hôtel 4 étoiles n’apportera rien aux habitants du quartier. Ce changement d’affectation du terrain, qui est un revirement complet par rapport aux projets d’aménagement prévus, a été pris sans aucune concertation, ni des habitants, ni des éluEs. Or, l’avenir de ce terrain avait été débattu avec les riverains durant tout le temps de la concertation menée par l’adjoint à l’écologie urbaine de l’époque, pour préparer la ZAC de Bonne, et avec l’Union de Quartier. L’annonce sommaire du Maire, à Hoche, avec la proximité mobile, ne peut pas remplacer une phase de concertation.

Enfin, dernière inquiétude importante de notre part : les prix. Le prix de vente de la SEM SAGES à VINCI est très inferieur au prix de vente du terrain à 723 € le mètre carré alors que pour construire du logement à Bouchayer Viallet nous sommes à 1 000 € le mètre carré. Un représentant de la SEM SAGES a dit en séance du CCAS2 que VINCI avait fait une offre et qu’elle avait été acceptée par la SEM SAGES. Doit-on comprendre que, désormais, ce sont les promoteurs qui fixent unilatéralement les prix de vente des terrains des ZAC ? Nous voterons, bien sûr, contre cette délibération et nous continuerons à le faire à chaque fois que les projets d’urbanismes se résumeront à être des transactions immobilières. Au bout d’un an de mandat, nous espérons connaître bientôt le « PUG », le Plan d’Urbanisme Grenoblois, de ce mandat.

Délibération adoptée. Votes :

- 15 contre (Verts, Ades, Alternatifs / UMP)

- 1 NNPV (Paul Bron, Go)

- 43 Pour (PS / MoDem / PC Go)


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2009 RSSConseil du 18/05/09