Conférence de presse du lundi 28 janvier 2008

Un changement politique de fond à Grenoble : la dérive à droite

Nous lançons un appel à tous ceux et celles qui restent attachés aux valeurs de gauche, et restons ouverts à toute initiative pour contrer cette dérive à droite. Les écologistes et alternatifs restent indispensables pour construire une politique qui soit vraiment de gauche et écologiste à Grenoble et dans son agglomération.

M. Destot a donc décidé de changer d’alliance : se séparer des écologistes en s’alliant à la droite. Il aurait parait-il vécu des « années noires ! » La vérité est pourtant simple : les quelques domaines où il y a eu opposition avec les élus écologistes sont les seuls où M. Destot n’a pas appliqué l’accord électoral passé en commun en mars 2001, essentiellement sur le refus de sa part de mener le débat public avant de décider (stade, rocade, Giant, nano-bio-techno), et sur la trop faible action municipale en direction des exclus de la société, en réponse à l’urgence sociale.

Le groupe des élus écologistes, ADES, Verts, Alternatifs a beaucoup apporté à la majorité municipale, a empêché des dérives encore plus importantes et a porté le débat public sur les questions de fond. Personne d’autre ne l’aurait fait à notre place.

M. Destot refuse clairement le pluralisme dans la gestion municipale, construit une équipe à sa main et souhaite transformer le conseil municipal en chambre d’enregistrement.

L’annonce de la liste n’a été accompagnée d’aucun programme politique. M. Destot a négocié séparément avec le PC et la droite centriste. Il n’y a pas eu construction collective d’un programme. La priorité est donnée à la fidélité au chef et non aux idées.

M. Destot veut avoir les mains libres pour mener une politique qui s’éloignera encore plus des engagements de 1995 et de 2001 : il s’agirait alors d’un changement politique majeur.

 Analyse politique de la liste de M. Destot

L’annonce par M. Destot de « sa » liste confirme l’ensemble des rumeurs qui bruissaient dans le microcosme politique, il n’y a pas de surprise.
- Intégration de personnes qui ont été très actives à droite durant la période de corruption en tant qu’élus, membres de cabinet ou soutien inconditionnel au corrompu. Ces personnes n’ont jamais remis en cause le système politique de cette période, contrairement à quelques autres. Si cette liste l’emportait aux prochaines élections, il y aurait alors des tenants de la corruption dans la majorité municipale. Il y a celui qui a lancé le premier en France une association de soutien à Nicolas Sarkozy et des rédacteurs du programme de la droite locale.

- La droite centriste entre en force : le Modem est la deuxième force politique présente dans cette liste, loin devant le PC. Le choix du PC de figurer sur cette liste est contraire à l’appel public qu’il a lancé récemment en faveur d’un rassemblement des forces de gauche.

- il y a une forte présence de membres du cabinet du maire, de chargés de mission ou de cadres de l’administration communale. Il est pour le moins curieux que ces personnes n’aient pas pris soin de démissionner depuis des semaines afin de ne pas mélanger les genres. Des personnes sont liées aux subsides décidés par la Ville et la Métro

- Le cumul des mandats est clairement affirmé : les deux premiers de la liste sont députés.

 Les conséquences politiques

La manière dont a été préparé cette liste est inquiétante et augure très mal des pratiques qui vont se développer durant le prochain mandat, s’il s’avérait qu’elle était élue dans cette composition. C’est l’affirmation forte de la culture solitaire du pouvoir qui tourne le dos aux pratiques démocratiques auxquelles aspirent de nombreux habitants.

Une forte présence des écologistes et alternatifs durant les deux mandats précédents a empêché que cette dérive à droite ne s’exprime fortement. Les impôts locaux ont été contenus grâce à notre vigilance. Les coups partis (JO 2018, Giant, rocade nord, subventions aux grands groupes sans contreparties), se traduiront inéluctablement par une augmentation forte des impôts locaux, à commencer par la Métro qui reste asphyxiée financièrement, mais aussi à la Ville.

Si la prochaine majorité a les contours politiques de cet arrangement avec la droite, la dérive sera inéluctable. Et ce ne sont pas les discours qui feront illusion. Au-delà des paroles il y a les actes, et l’arrangement politique avec la droite est un acte politique majeur posé par le maire sortant.

Il y a donc désormais deux listes de droite qui se présentent aux suffrages des Grenoblois. Il y a autant d’anciens collaborateurs du corrompu sur la liste de M. Destot que sur celle de la droite traditionnelle !

Grenoble et ses habitants méritent mieux. Nous voulons croire que cette liste ne se maintiendra pas en l’état jusqu’au bout. Nous sommes persuadés que de nombreuses personnes de gauche ne sont pas satisfaites de ce renversement politique et qu’elles réagiront, et que certaines inscrites sur cette liste se retireront avant le 21 février.

Nous lançons un appel à tous les démocrates Grenoblois pour que s’exprime un clair refus de ce genre de manipulations, et pour que les choix politiques se fassent dans la clarté. Seule une équipe municipale forte sur ses convictions, unie sur des objectifs clairs et ambitieux pourra relever les défis redoutables qui sont devant nous.

Cette dérive à droite risque aussi de se traduire à la Métro par le retour des arrangements des années 1990 au SIEPARG. Nous espérons que les candidats de gauche dans les autres communes s’exprimeront clairement pour la poursuite des politiques sociales de la Métro, notamment politique du logement et Programme Local de l’Habitat, politique foncière, Politique de la Ville, services publics essentiels, dotation de solidarité aux communes, politique du personnel ; et refuseront la création de la fiscalité mixte, nouvel impôt touchant les ménages.

Nous restons ouverts à toute initiative qui permettra de corriger cette dérive à droite. Les écologistes et alternatifs restent indispensables pour construire une politique qui soit vraiment de gauche et écologiste à Grenoble et son agglomération. Nous poursuivrons le débat public sur les propositions qui permettront de préparer un avenir vivable pour tous.


-->

Forum



Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSCampagne 2008 RSSActualité