CM du 17 novembre 2008

Débat d’Orientation Budgétaire

Intervention de Maryvonne Boileau

Ce Débat d’Orientation Budgétaire est effectivement un moment très important de la vie politique municipale. Alors, le document qui nous est présenté ce soir est effectivement un acte révélateur de cette nouvelle majorité que nous pourrions qualifier d’un peu « gauche-droite ».

Les orientations de gauche et écologistes qui avaient permis de gagner la Ville, avec une majorité confortable, en 1995 et aussi en 2001, sont totalement oubliées. Ce Débat d’Orientation Budgétaire (DOB) 2009 intervient effectivement dans un contexte de crise financière, économique, sociale qui atteint bien évidemment plus fortement les couches moyennes et les couches plus défavorisées aussi de notre ville.

La crise est profonde et sera durable, mais c’était effectivement bien commencé avant les élections municipales. Avant même que la récession ne soit officialisée, la crise sociale s’amplifiait à Grenoble et la situation devenait très difficile pour de nombreux habitants. Selon tous les économistes, les deux années à venir s’annoncent encore bien plus difficiles. Le taux de chômage est en hausse constante. Aujourd’hui, nous sommes tous confrontés à une baisse du pouvoir d’achat mais aussi à l’accélération d’une crise écologique majeure. La politique gouvernementale a amplifié la situation en diminuant les moyens de l’Etat et en mettant en danger les services publics par une suppression massive de postes, notamment dans les écoles et aussi dans le secteur hospitalier.

Les collectivités locales sont maintenant en première ligne. Pour les communes comme pour les autres échelons, il faut prendre immédiatement conscience qu’on ne peut plus continuer comme avant et qu’il faut une rupture nette avec les habitudes actuelles où tout était faisable. Alors comme l’a dit Monsieur l’Adjoint aux finances, il faut « diminuer son train de vie ». Et comme vous l’avez promis aussi Monsieur le Maire, avec votre liste, en mars 2008, dans vos 10 engagements, « Agir pour le pouvoir d’achat : ne pas augmenter les impôts et refuser les transferts de charges d’état sans contrepartie ». Le président de la Région Rhône-Alpes a déclaré que la Région n’augmenterait pas ses taux pour ne pas ajouter une crise à la crise. Le Conseil Général qui voit aussi ses recettes diminuer prépare également un budget de crise où il ne devrait pas augmenter ses taux, certes il les a augmenté précédemment, malgré de fortes diminutions de certaines recettes.

Il est surprenant de voir la proposition de budget 2009 qui nous est présentée avec une perspective d’augmentation de 9% de taux de la Taxe d’Habitation (TH) et de la Taxe Foncière (TF), auxquels s’ajoutent les 2 % d’actualisation des valeurs locatives.

Alors Monsieur le Maire, vous nous avez dit tout à l’heure qu’il fallait comparer avec les autres grandes villes, mais ce qu’il faut, c’est aussi comparer leurs taux actuels qui est très souvent très inférieurs aux nôtres, je pense notamment à Paris.

Alors que durant des années, une gestion rigoureuse a permis de redresser les finances de la Ville tout en améliorant les services publics indispensables. Voilà que les bonnes résolutions de campagne et les promesses sont oubliées… Cette nouvelle majorité abandonne très concrètement les fondamentaux d’une gestion de gauche et écologiste et cède à une solution de facilité.

A la veille de la mise en place de la charte de la démocratie locale, le nouveau budget est préparé dans la plus grande opacité, sans demander l’avis aux habitants. Tous les Grenoblois sont capables de comprendre un budget, il suffit d’avoir la volonté pédagogique de le leur expliquer. Nous pensons qu’ils sont en capacité de choisir, à condition de leur donner la possibilité de s’exprimer par une consultation.

Il n’aura pas fallu 8 mois pour que les belles promesses électorales s’envolent. Si on voulait discréditer le politique, on ne s’y prendrait pas autrement.

Augmenter les taux des impôts pour 2009 est la pire des solutions. Les habitants sont pénalisés par la crise, ils vont être pénalisés par votre majorité, c’est en quelque sorte la double peine. Aux augmentations d’impôts de la Ville vont s’ajouter une fiscalité mixte à la Métro et une augmentation significative de la Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères (TEOM). Et pour couronner le tout, les locataires des organismes HLM vont voir leurs loyers et leurs charges augmenter fortement.

Nous avons combattu, il y a longtemps, le concept de « ville maigre » qui était à l’époque cher à Messieurs Betto et De Longevialle durant les années 83 à 95, nous refusons la Ville dépensière, rayonnante et bling-bling. L’heure est à la sobriété, l’efficacité et la solidarité tout en conservant du dynamisme.

La réalité financière de la Ville est suffisamment saine pour s’adapter au contexte actuel à la condition de faire des choix et de diminuer ou reporter certaines dépenses : donner la priorité au fonctionnement des services publics essentiels et abandonner les dépenses de prestige. Le groupe Verts, ADES et Alternatifs a travaillé sur un projet de budget où il n’y a pas d’augmentation des taux des impôts, sans diminuer les charges de personnel et sans augmenter la dette tout en maintenant un niveau d’investissements pour assurer l’essentiel. C’est possible et c’est souhaitable pour 2009.

Toute augmentation des taux frappera plus fort les ménages dégrevés que les autres, les impôts locaux sont injustes, ne rajoutons pas de l’injustice à l’injustice !

L’augmentation des recettes fiscales dues à l’inflation, à l’augmentation physique des bases et des économies d’environ 3 millions € dans les dépenses de fonctionnement permettent de prévoir un budget sobre et solidaire. Alors oui, diminuons la voilure, taillons dans les politiques de communication (fêtes, cérémonies, publicité), arrêtons les investissements dans les soutiens aux actions de recherche et développement qui sont de la compétence de l’Etat. Mais aidons davantage le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) bien sûr, le développement des transports en commun, ainsi que les organismes HLM pour la construction de logements nouveaux, la réhabilitation et le fonctionnement, principalement dans les quartiers en Zone Urbaine Sensible, sans omettre la restauration scolaire ainsi que la culture et le sport pour tous.

Alors qu’il est dit parfois et répondu à certains parents d’élèves qu’il n’est plus possible actuellement de rénover fortement des cours d’écoles parce que les investissements sont trop élevés et que ce sera donc reporté sine die en 2011 ou 2012, alors que dans ces mêmes cours, certains enfants ont déjà été blessés, à quoi ces augmentations sont-elles donc destinées ? Monsieur le Maire, vous dîtes que ce n’est pas pour la candidature aux Jeux Olympiques, j’aurais alors presque envie de vous répondre : il ne suffit pas d’affirmer pour être dans le vrai.

Aujourd’hui, nous avons besoin de politiques publiques qui aident chaque citoyen à traverser cette crise économique et sociale sans trop de dommages pour eux et leurs enfants. Plus que jamais, regardons les problèmes en face, pour ce qui nous concerne, nous continuerons à revendiquer une politique municipale démocratique, écologique et solidaire.

Je vous remercie.

Débat sans vote.


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2008 RSSConseil du 17/11/08