CM du 22 septembre 2008 - Délibération 2-D 005 PROJET URBAIN

Presqu’île scientifique – Elaboration d’une ZAC

Intervention de Gwendoline Delbos-Corfield

Mon intervention portera sur les 4 délibérations et sur le projet dans son ensemble.

On peut voir dans le rendu acte de ce Conseil Municipal qu’il y a un marché à procédure adaptée qui a été passé avec l’entreprise SETIS pour une étude d’impact pour le réaménagement du polygone scientifique. Dans les missions de ce marché, deux phrases que l’on a particulièrement appréciées : « le bureau d’étude analysera l’état initial du site et de son environnement, notamment les risques naturels (sismologie, inondation) et technologiques ». C’est vrai que dans ce coin là de la ville, il y a peut être des risques technologiques à prendre en compte. Mais il y a surtout une autre phrase qui est intéressante : « le bureau d’étude proposera des mesures visant à atténuer les impacts négatifs du projet ». C’est tout de suite mis en œuvre puisque, dans la délibération 3, nous allons voter une révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme (PLU) et on nous explique, en commission, que c’est notamment parce que M. Vasconi a expliqué en substance qu’une Rocade n’allait pas faire très joli dans son projet architectural. On est donc très content d’apprendre qu’elle sera dorénavant beaucoup mieux cachée. Vu que la méthode Coué est d’une efficacité dûment prouvée, les habitants ne se diront pas que c’est pollué et donc, il n’y aura pas de pollution. CQFD.

On peut notamment lire, page 5, « la Rocade qui jouera un rôle majeur pour desservir le Polygone doit être complètement intégrée à son urbanisme plutôt que d’en faire un objet de répulsion à cacher, le projet urbain cherchera à en faire un objet technologique, vitrine de la science du Polygone et un ouvrage intégré dans un nouvel environnement urbain adapté à sa proximité ».

Il y aurait beaucoup à dire sur ces 4 délibérations à propos d’un projet complexe, avec encore énormément d’incertitudes, des services mélangés, des pilotages différents et des choix d’aménagement urbain auxquels vient se raccrocher une opération universitaire. Là d’ailleurs, confusion supplémentaire, entre sciences dures et sciences humaines, on a souvent l’impression que l’université n’est, dans ce projet, que de sciences dures.

On peut se féliciter de la volonté de travail transversal entre les services, on peut doublement se féliciter de l’ambition affichée de mixité forte sur ce nouveau quartier (économie, université, habitat) mais dire que les questions restent en suspens sur tous ces projets, c’est un euphémisme !

On connaît bien les qualités économiques de ce projet -elles sont présentes depuis un moment. Nous avons, vous le savez, des interrogations sur certaines des activités de ce site : les nanotechnologies. On reste vigilant sur les questions liées à l’université : souvenez-vous, au dernier Conseil Municipal, une intersyndical des personnels et des étudiants des établissements d’enseignement supérieur de Grenoble est venue nous alerter sur leurs doutes. Plusieurs soucis : les premiers cycles et les sciences humaines sont quelque peu laissés pour compte, problème des déséquilibres entre les deux sites, mais fondamentalement, à l’origine des questionnements, il y a notamment le manque de concertation et de démocratie avec tous.

Fin octobre, le projet détaillé doit être remis au Ministère. En commission, il nous a été dit qu’un vrai travail de concertation, avec l’ensemble des acteurs de l’université, allait se mettre en place. Il serait temps ! Il ne suffit pas de mettre les grands chefs de labo autour d’une table et de tenter d’imposer un projet d’inspiration très scientifique à toute une communauté de travail. Il y avait -et c’est peut être vrai- urgence à produire ces documents pour gagner le Plan Campus, maintenant il s’agit de revenir vers tous les personnels, vers tous les étudiants et vers les organismes paritaires.

Sur la question de l’habitat, là, nos interrogations sont très fortes.

Premier point : les tours, les tours dont on suppose qu’elles ont été imaginées pour servir en 2018 à des sportifs venus visiter en nombre la capitale des Alpes et qui, plus tard, pourraient être réutilisées en logements étudiants. On comprend bien l’admiration pour la beauté lumineuse des gratte-ciel de Manhattan mais c’est une chose en terme de qualité de vie, les tours de bureaux, c’en est une autre d’y faire vivre des gens les week end et les soirées. Il faudrait quand même que certains se posent des questions sur la qualité de vie. C’est tout à fait louable votre souci de protection de l’environnement pour ne pas utiliser trop d’espace mais, contradiction, il est impossible d’obtenir, dans une tour, la norme Grenelle en terme d’énergie (pas plus de 50 KwH/m²) : pour le moment, on a réussi au mieux 80 KwH/m². Donc ce que l’on gagne d’un côté, on le perd de l’autre. Sans compter les difficultés supplémentaires de la lourdeur des charges dont les gens doivent s’acquitter dans une tour. Mais là encore, quand on sait qu’il a été demandé à la société en question, dans les missions du marché, un travail sur la question, on est rassuré ! « Un temps de travail est nécessaire, est-il écrit, pour étudier la faisabilité de certains éléments, notamment les tours, avant de pouvoir les intégrer formellement au projet urbain ». Madame Fioraso l’a redit, il y aura concertation sur ce sujet et cela c’est une bonne chose.

Mais surtout, surtout, notre grosse inquiétude, elle vient d’un léger souci sur ces terrains, un petit quelque chose, un objet laissé par le CEA sur ces terrains. Il y a quand même une grande absente dans ces 4 délibérations : c’est la pile atomique encore en activité sur ce secteur. L’Autorité de Sureté Nucléaire (ASN), dans son bilan pour l’année 2007, a rappelé qu’elle veillerait à ce que les projets d’urbanisme, de logement, de tours « n’entravent l’application éventuelle des plans de secours et ne conduisent pas à la densification de la population dans le périmètre de ce plan ». Que dire, de plus, des déchets radioactifs qui de toute manière subsisteront, et des différents autres éléments nucléaires qui parsèment ces charmants terrains ?

Des étudiants, dans des tours, sur un terrain radioactif ! Mais au moins, conformément au vœu de M. Vasconi, ils pourront aller s’acheter des barres de chocolat et si c’est aussi moderne qu’à Manhattan, ils pourront même aller s’en acheter à toute heure de la nuit ! C’est ça le progrès !

Mais, comme il y aura concertation et comme il y a une société qui doit vérifier tout ça, quelqu’un quelque part, à un moment donné va se poser des questions.

Nécessairement, entre les tours de logements étudiants, la Rocade, les ZAC MINATEC & POLYTEC, la pile atomique encore en activité et les autres cadeaux du CEA, vous vous doutez bien que ce projet a absolument tout pour nous plaire...

Nous serons, en revanche, comme toujours, présents et vigilants sur toutes ces questions parce que voilà l’opportunité de créer un nouveau quartier à Grenoble et vu l’espace contraint, le dernier probablement. C’est un sacré enjeu.

Si vous avez effectivement l’ambition d’en faire un éco-quartier, encore plus ambitieux que ne l’était le quartier De Bonne, on sera d’autant plus vigilant. A l’époque où l’adjoint écologiste à l’urbanisme a travaillé le projet de la Caserne de Bonne, il était très ambitieux. Mais vu les progrès de nos voisins européens, il est aujourd’hui moins emblématique, même si vous ne perdez pas une occasion de le mettre en valeur à votre compte.

Des critères encore plus élevés doivent être pensés pour les prochains aménagements à Grenoble, à la hauteur des défis environnementaux que l’état de la planète nous révèle. A vous maintenant d’être à la hauteur de ces efforts indispensables.

Délibération adoptée.

Votes.

Contre : 6 ( Verts, Ades, Alternatifs)

Pour : 53 (PS / UMP / MoDem / PC / Go)


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2008 RSSConseil du 22/9/08