CM du 28 avril 2008 - Délibération 11-A 026 URBANISME AMENAGEMENT

Biennale de l’habitat durable 2008

Intervention de Maryvonne Boileau

La délibération qui nous est présentée ce soir s’inscrit dans une action qui a été commencée il y a 2 ans.
L’idée originale, initiée en 2006 par l’ancien adjoint écologiste à l’urbanisme et à l’environnement, était tout d’abord une démarche visant à fonder collectivement une nouvelle culture de l’écologie urbaine, avec 4 objectifs essentiels :

- réduire les charges des ménages, qu’ils soient propriétaires ou locataires de leur logement
- réduire les dépenses d’énergie de la ville
- dans le but essentiel de réduire les émissions de gaz à effet de serre, dans notre ville qui n’est hélas peu épargnée.
- favoriser des pratiques économes dans l’architecture et l’urbanisme pour qu’elles soient respectueuses de nos ressources

C’était une belle idée qui se transforme manifestement en une opération banale de marketing après une reprise en mains par le cabinet du maire et le service de communication de la mairie.

Dans cette nouvelle version, la chaîne des acteurs qui interviennent dans l’habitat n’est plus la démarche privilégiée, par contre on voit bien une évolution vers l’hyper technicité ou plus exactement la sacro-sainte technologie. A ce propos, nous nous demandons si le CEA est bien l’acteur le mieux placé pour porter cette idée de l’habitat durable. Peut-on considérer que le CEA soit l’acteur essentiel de ces 20 dernières années en matière de développement durable ? Il a au contraire plutôt développé l’illusion de l’énergie à profusion an favorisant le tout nucléaire plutôt qu’une démarche économe. Il a ainsi entraîné un grand nombre de citoyens à ne pas véritablement se préoccuper du problème des économies d’énergie, notamment dans la construction, comme ont pu le faire par exemple nos voisins, allemands ou suisses, depuis de nombreuses années.

Ce dossier de l’habitat durable doit être la préoccupation de tous les Grenoblois et bien au-delà. Aujourd’hui, nous savons bien qu’il est urgent d’intervenir dans la construction neuve de tous les bâtiments, qu’ils soient à destination d’habitat, économique ou de services, mais cela est une affaire à peu près entendue par l’ensemble des acteurs.

Par contre, comment agir plus et plus vite dans le bâti existant, notamment dans les logements sociaux des quartiers sud, là où résident les Grenoblois les plus fragiles sur le plan économique. C’est un enjeu majeur et il est regrettable que la seule animation de cette biennale offerte aux quartiers sud soit une attraction ludique pour les enfants. Toutes les autres expositions, plus sérieuses, sont concentrées dans l’hyper centre ville. Dommage qu’il n’y ait pas eu une forte animation sur les questions de tri sélectif des déchets dans ces secteurs, où comment réduire encore davantage sa facture d’eau, de gaz ou d’électricité, et ainsi associer ces populations en allant au plus près de chez eux, sur toutes ces questions dont les conséquences les atteignent plus que d’autres en raison de leurs faibles ressources.

Enfin, nous aimerions connaître les raisons qui font que les demandes de participation financière aux différents acteurs sont si différentes ? De plus, nous n’avons pas retrouvé la participation du CEA qui a pourtant une large place dans cette communication, au point de faire remettre le prix de clôture par le directeur du CENG.

La biennale dans son idée de départ était une émulation culturelle autour du thème de la responsabilité collective à fonder une ville soutenable, il serait dommage de perdre cet état d’esprit pour celui d’une opération de communication.

L’enjeu est de taille comme le précise le projet de loi relatif à la mise en œuvre du Grenelle de l’environnement : « la présente loi requiert la mobilisation de l’ensemble des composantes de la Nation pour lutter contre le réchauffement climatique, garantir la biodiversité et un environnement respectueux de la santé, pour un plus grand respect de l’environnement, des économies d’énergie, de l’eau et des autres ressources naturelles ».

Délibération adoptée. Votes :

Pour : 50 (Verts, ADES, Alternatifs / PS / MoDem / PC : GO)

Abstention : 9 (UMP)




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2008 RSSConseil du 28/4/08