Conférence de presse du mardi 11 mars 2008

La liste « Ecologie et Solidarité en actes » est présente au 2e tour

Nous serons une force de propositions et de vigilance démocratique au service de l’intérêt général, de l’écologie et de la solidarité.

Au nom de la liste « Ecologie et solidarité en actes », nous tenons à remercier les électrices et les électeurs, qui ont voté au premier tour pour les priorités que nous avons proposées pour les grenoblois. Mais trop nombreux sont ceux qui se sont abstenus.

 Le vote du 1er tour est très clair :

- La liste de droite s’est écroulée avec moins de 28 % des voix, elle est sans réserve de voix, elle est donc disqualifiée.
- La liste de M. Destot avec de nombreux candidats de droite est loin d’atteindre son objectif d’être élue au 1er tour.
- Avec 15,6 % des voix notre liste « Ecologie et solidarité en actes » fait un bon score, le meilleur jamais obtenu à Grenoble. C’est une forte reconnaissance du travail accompli.

Nos propositions pour une ville écologiste, solidaire et citoyenne ne se retrouvent pas dans les deux autres listes présentes au second tour.

Nous serons les seuls à agir pour davantage de logements sociaux répartis dans tous les quartiers de la ville, pour améliorer les équipements scolaires et socio éducatifs, pour des aides aux emplois non délocalisables au service des personnes âgées et aux commerces de proximité, pour l’accès au sport pour tous, pour des économies d’énergie et la réduction des pollutions, mais aussi pour faire vivre le débat public avec tous les grenoblois.

 Notre projet vaut plus que les arrangements politiciens.

M. Destot a mis en place une stratégie d’exclusion des écologistes. Il a refusé toutes les propositions permettant de construire une majorité de gauche et écologiste pour gérer la ville. Il décide de poursuivre sa politique de confusion en conservant dans sa liste des personnes clairement de droite et soutenant Sarkozy. Il réaffirme sa volonté d’une rocade nord avec un tunnel autoroutier sous la Bastille ce qui augmenterait fortement les impôts, la pollution et le bruit sans régler les bouchons aux entrées de la ville.

Au vu des résultats du 1er tour, il n’y a aucun danger que la liste de droite puisse l’emporter. Nous avons décidé de maintenir notre liste afin d’avoir des élus pour défendre nos valeurs. Plus nous aurons de voix, plus les élus écologistes pèseront dans le prochain conseil municipal. Le vote utile, c’est « Ecologie et Solidarité en actes » ! Que serait la vie publique et la liberté d’expression à Grenoble sans un groupe fort d’élus écologistes ?

Nous serons à la fois une force de résistance et de proposition.

 Notre rôle dans le prochain mandat

Les ressources de la planète sont limitées, mais nous continuons à vivre dans le mythe de la croissance infinie. Nos sociétés créent des inégalités intolérables. Le réchauffement climatique dû aux activités humaines, et les multiples pollutions sont un fléau pour notre santé. Nous devons agir pour adapter nos modes de vie pour plus de solidarité, pour préserver l’environnement et le lien social. Laissons aux générations futures la liberté de choisir leurs vies.

Nous agirons avec conviction et détermination pour :
- une politique active du logement social, une adaptation de la ville au changement climatique, une politique de santé publique axée sur la prévention.
- mettre en place de nouveaux outils pour la solidarité notamment en direction des habitants en difficulté.
- des services publics au juste prix et de qualité.
- des politiques culturelle et sportive pour tous.
- diminuer fortement la pollution atmosphérique par le développement des transports en commun et des modes doux.
- lutter contre les risques naturels et industriels.

Nous agirons avec vigilance pour :
- Eviter que l’argent public soit gaspillé. Nous mettrons sur la place publique les coûts des projets dangereux pour les finances de la ville. L’argent public doit aller en priorité à l’amélioration de la vie quotidienne et non aux projets trop coûteux, au profit des milieux d’affaires. Nous voulons un « pouvoir de vivre mieux » pour chaque Grenoblois et Grenobloise
- combattre la mise en place du nouvel impôt que veut créer la Métro développer les solutions innovantes pour diminuer les bouchons. Nous essayerons par tous les moyens d’empêcher la réalisation de la rocade nord et l’élargissement de l’A 480.

Nous agirons pour rénover les pratiques démocratiques :
- En rendant public les informations importantes afin que les habitants soient informés des projets en préparation et qu’ils puissent agir avant la prise des décisions.
- Nous tiendrons régulièrement des réunions pour rendre compte de nos actions au service du bien collectif.
- Nous serons les animateurs du débat dans la ville pour éviter les conséquences néfastes du pouvoir solitaire du maire qui se met en place.

Nous serons une force de propositions et de vigilance démocratique au service de l’intérêt général, de l’écologie et de la solidarité.


-->

Forum

  • Position du PCOF pour le deuxième tour des municipales de Grenoble
    13 mars 2008, par PCOF 38

    A Grenoble, au premier tour, plus de 72 % d’électeurs se sont prononcés contre la droite sarkozyste représentée par Fabien de Saint Nicolas. Près d’un quart des suffrages se sont portés sur les listes qui se positionnaient à gauche de la liste conduite par Michel Destot. Ces résultats expriment une importante volonté de résistance aux politiques néolibérales et sécuritaires, au niveau national et local.

    La liste « Ecologie et solidarité en actes » conduite par Maryvonne Boileau sera présente au deuxième tour.

    Elle s’est clairement exprimée contre l’ouverture à droite de la liste Destot (qui intègre le MoDem et d’anciens élus de l’équipe Carignon). Elle porte des exigences qui répondent aux besoins populaires en termes de logement social, de services et de transports publics, d’aménagement et d’urbanisme. Nous appelons à voter pour elle.

    Grenoble, le 12/03/08

    pcof.38@laposte.net

  • 2e tour : position LCR / courant Unir
    13 mars 2008

    Le 16 mars, à Grenoble, les électrices et les électeurs qui ne veulent à la mairie de Grenoble ni du candidat de Sarkozy, ni d’une coalition à majorité socialiste largement ouverte au MODEM et incluant des amis de Carignon, ou simplement soucieux de contenir le carriérisme et le cumul des mandats politiques, pourront exprimer ces exigences en reportant leurs suffrages sur la liste « Ecologie et Solidarité en actes » présente au second tour.

    C’est une chance que n’aurons pas les électeurs toulousains, marseillais, perpignanais, etc ... Alors saisissons-là !

    La LCR et la gauche écologiste savent parfois faire cause commune dans les élections municipales, ainsi qu’ils l’ont fait cette année à Lyon, avec des tenants du courant écologiste dit « de la décroissance », à Vienne (Isère) et à Gap (Hautes-Alpes) avec les Verts, et dans de nombreux autres endroits.

    Incidente.
    Il n’y a pas deux gauches, il y a des gauches. Des gauches radicales, des gauches écologistes, d’une part. Une gauche d’accompagnement, convertie au néolibéralisme, de l’autre.
    Nous le savons.
    L’essentiel est que ces gauches là (c’est une richesse que trop peu de pays peuvent s’offrir) s’efforcent de cultiver leurs convergences sur des problèmes majeurs tels que la concentration des richesses au Nord, la généralisation de la misère et du mal-développement au Sud, de la précarité et de la pauvreté partout, le tout-nucléaire, le tout-automobile, la spéculation immobilière et financière, les OGM, etc.... pour faire revivre un projet de société qui se cherche encore, mais est déjà en gestation ici et là, et l’espoir d’un vrai changement social et écologique.

    JMB

    • 2e tour : position LCR / courant Unir
      13 mars 2008, par Laurence Comparat

      Merci de ce soutien, dont j’imagine qu’il s’étend également à nos candidats aux cantonales : Christine Garnier (canton 4) et Jacques Soudre (canton 5).

      Laurence Comparat
      Dir. de publication

  • Merci tout court...
    12 mars 2008, par Pascal Hugot

    Je peux le dire, j’étais inquiet de ne pas pouvoir voter dimanche prochain, non pas pour raison météorologique ou autre repas festif dominical mais par l’absence d’une liste répondant à mes aspirations. Je n’apprécie pas « le par défaut » et encore moins la recherche du pouvoir à tout prix. Avoir des convictions est devenu dans ce pays une « infraction », recevez pour les votres mon sincère respect. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’apprends le maintien de votre liste. Je vous dis donc merci pour mon petit garçon de 18 mois, qui tousse beaucoup suite à l’ouverture de l’enclos vitré pour hordes de supporters houblonnés ! A ce demander si cette ville ne devrait pas se mettre au vert ? Je ne sais si cela sera « la voie », mais vous pouvez compter sur « ma voix »

  • La liste « Ecologie et Solidarité en actes » est présente au 2e tour
    11 mars 2008, par Marc PEREZ

    Militant socialiste, voici un extrait de ma Lettre à mes camarades socialistes. Le moins que l’on puisse dire c’est que mon intervention n’a pas du tout été appréciée en haut lieu. Par contre j’ai reçu nombre de témoignages de camarades socialistes qui m’ont confirmé que j’avais dit tout haut ce que beaucoup d’entre eux pensaient tout bas. Voici l’objet du « délit » :

    « Ecarter les écologistes et les alternatifs de la majorité municipale est une manœuvre payante : à cout terme seulement. Parce qu’à long terme — et sans doute pas plus tard que dans les semaines qui viennent et pour 6 ans — c’est leur offrir l’entière liberté de se consacrer à leurs lectures favorites : l’analyse à la loupe de chaque rapport budgétaire et de chaque facture.

    Partant du principe que lorsqu’on cherche on trouve, ils trouveront matière à épingler la gestion municipale. Certes, il sera toujours possible de contrer leur contre-pouvoir dans une avalanche de communication sur papier glacé : ce sera beaucoup d’argent dépensé en pure perte. Car aujourd’hui, le pouvoir de communication échappe à ses détenteurs institutionnels : les blogs, déjà nombreux, vont se multiplier au cours des prochaines années et seront autant de relais d’information qu’il n’est pas possible de contrôler. Exemple : le rapport intégral de l’AURG a fait le tour de la blogosphère locale et il n’y a vraiment plus que le président du Conseil général qui ne l’a pas lu…

    La liste PS-PC-MoDem a fait un très bon score au 1er tour des municipales mais le taux de participation très bas ne lui a pas offert un plébiscite. Quand on sait la somme impressionnante d’esprits brillants, talentueux, compétents qui composent la liste majoritaire, on a du mal à croire à la suprise de nombre de colistiers devant la bonne performance des écologistes car tout le monde sait bien que Grenoble est une ville frondeuse. Sans remonter à 1788, et à la Journée des Tuiles, on sait bien qu’une partie de sa population est toujours en résistance dans un mélange de méfiance et de défiance vis-à-vis de l’ordre établi, même le mieux attentionné.

    Certes les écologistes sont souvent rigides dans leurs prises de position en se montrant sans concession mais jamais sans raison. Il ne faut pas avoir la mémoire courte : le « tombeur » de Carignon n’est pas Michel Destot, c’est Raymond Avrillier.

    Personnellement, issu des industries graphiques je fais partie des rares Grenoblois qui étaient au courant du scandale de Dauphiné News bien avant qu’il éclate. A l’époque, je réalisais pauvrement des livres pour les PUG, mais j’étais informé des impayés que ce journal avait laissé à l’imprimeur, au photograveur, et je leur disais que cette affaire allait mal tourner et se finir « à Varces ». En réalité, l’histoire s’est terminée « à Saint-Paul » (à la prison de Saint-Paul à Lyon). Il suffisait d’interroger les professionnels des industries graphiques pour faire éclater l’affaire bien avant qu’elle soit soldée dans le pacte de corruption. Mais je ne me souviens pas que les socialistes se soient montrés très curieux. Et comme d’habitude, ce sont les « écologistes et autres gauchistes » qui ont reconstitué le puzzle de la corruption. Il faut garder cela en mémoire pour comprendre leur attitude.

    Les socialistes ne remercieront jamais assez les « écologistes » d’avoir nettoyé pour eux la place de Grenoble. Du reste, si les socialistes l’oublient, nombre de Grenoblois s’en souviennent et leur manifestent leur confiance aux élections, en souvenir de leur contribution essentielle pour faire tomber la droite mais peut-être aussi dans la perspective de faire trébucher ceux qui à gauche ne retiendraient pas les leçons du passé.

    Finalement, au cours de ces prochaines années de grande difficulté économique et sociale que les Grenoblois vont connaître, les socialistes ont moins à craindre les élus écologistes que la masse des citoyens motivés et plutôt bien informés qui les auront élus.

    Grenoble, le 10 mars 2008
    Marc PEREZ
    perez.marc-antoine@wanadoo.fr

    • La liste « Ecologie et Solidarité en actes » est présente au 2e tour
      12 mars 2008, par Laurence Comparat

      Merci beaucoup pour cette prise de position, certainement courageuse au sein de votre parti vu le contexte !

      Il est agréable de constater que tout le monde ne cède pas aux sirènes politiciennes. Nous n’en doutions pas, mais le fait de savoir que d’autres que nous restent fidèles à leurs valeurs et agissent en conséquence est non seulement agréable, mais sacrément rassurant pour la santé de notre démocratie.

      Donc, vraiment, sincèrement : merci et bravo !

      Laurence Comparat
      Directrice de publication



Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSCampagne 2008 RSSActualité