Une agglomération + solidaire + citoyenne + écolo

Les candidats écologistes à la Métro

Communiqué de presse du 6/3/8

Les élus écologistes de l’agglomération ont agi depuis 1995 pour la qualité de vie des habitants et une agglomération accueillante. Ils ont fait vivre la démocratie locale en informant régulièrement les habitants à propos des décisions publiques, en soutenant l’utilisation raisonnée de l’argent public. Ils sont intervenus pour que la majorité de la Métro tienne le cap à gauche et écologiste, en respectant les engagements pour l’environnement, le cadre de vie, la solidarité.

Les élus écologistes ont choisi de privilégier les équipements publics utiles à tous (patinoire Pôle Sud, auberge de jeunesse), le PLH (Plan Local de l’Habitat), l’économie sociale et solidaire avec l’hôtel d’activités Artis, la troisième ligne de tram (qui a fait baisser de 30% la circulation sur les grands boulevards), le développement du réseau cyclable, l’assainissement (dont les redevances pour les usagers ont réduit de 30%), la maîtrise de l’énergie (avec l’Agence Locale de l’Energie et les subventions à l’habitat pour maîtriser les charges locatives).

Ils ont révélé la situation financière de la Métro, dénoncé les consultations « bidons » de la population (rocade nord) et les opérations surdimensionnées aux profits de sociétés privées (Grand Stade et les nano bio technologies).

Ils ont demandé, sans être entendus à ce jour, de diversifier les actions économiques, avec la création de vrais emplois, pérennes dans des secteurs respectueux des libertés, de la santé, d’engager la réhabilitation des logements étudiants, de renforcer les budgets pour la construction et la réhabilitation des logements sociaux à faibles charges pour les familles, d’adopter de réels tarifs sociaux pour les transports publics du SMTC.

En 2008, nous pouvons être plus nombreux et plus forts, pour une agglomération solidaire et écologique.

Comme nous nous y étions engagés, nous présentons publiquement les candidats écologistes à la communauté d’agglomération.

- A Claix : Henri Petrone
- A Echirolles : Anne-Sophie Mérot
- A Grenoble (par ordre alphabétique) : Raymond Avrillier, Maryvonne Boileau, Laurence Comparat, Vincent Fristot, Christine Garnier, Marina Girod de l’Ain, Pierre Kermen, Gilles Kuntz, Alain Manel, Henry Tidy.
- A La Tronche : Elisabeth Wolf
- A Meylan : Marie-Odile Novelli
- A Pont de Claix : Daniel de Murcia
- A St Egrève : Mathilde Dubesset
- A St Martin d’Hères : Marianne Dujet, Elisabeth Letz, Georges Oudjaoudi

Parce que nous pensons globalement, les écologistes porteront ensemble un projet cohérent pour :

 1/ une communauté d’agglomération + démocratique

Les domaines d’action de la Métro se sont élargis et nombre de choix stratégiques et déterminants pour la vie quotidienne des habitants sont pris à cette échelle. Les écologistes agiront en premier lieu pour une réforme du mode d’élection des conseillers communautaires qui devrait se faire au suffrage universel direct, afin que les citoyens puissent s’emparer des projets et débats communautaires.

Les écologistes s’engagent
- à rendre compte régulièrement de leur mandat aux citoyens, en généralisant notamment les rapports annuels sur les politiques publiques essentielles menées par la Métro ainsi que par les instances de 3e niveau (Schéma de Cohérence Territoriale, Syndicat Mixte des Transports en Commun, Comité Local de l’Habitat, EPFL – RG Etablissement Public Foncier Local de la Région Grenobloise)
- et à faire vivre pleinement le débat démocratique en revalorisant le Conseil de développement et en créant des conférences de citoyens.

 2/ un « plan Respire »

Pour s’attaquer durablement à la pollution et s’engager pour de bon contre le bouleversement climatique, les écologistes proposent un plan Respire à l’échelle de l’agglomération :
- Revoir le Plan de Déplacements Urbains (PDU) notamment en annulant les projets autoroutiers
- Changer de braquet sur les modes doux et alternatifs en créant 3 nouvelles lignes de tram, un grand service public du vélo et en abaissant l’abonnement TAG à 30€ par mois
- Lancer une enquête épidémiologique qui permette de mesurer l’impact des pollutions sur la santé des habitants et d’impulser un plan local santé-environnement

 3/ une vision cohérente de l’urbanisme et du logement

L’enjeu essentiel du logement mérite une politique cohérente à l’échelon communautaire. Les écologistes souhaitent :
- en amont, renforcer l’outil de réservation foncière pour lutter efficacement contre l’envolée des prix du foncier
- en aval, transférer à la communauté d’agglomération la compétence urbanisme et ainsi développer une politique de logement social plus solidaire, qui viserait à atteindre au moins 20% de logements sociaux dans chaque commune
- parallèlement, sortir l’hébergement de l’urgence en développant un réseau d’hébergement diffus dans l’agglomération en lien avec les acteurs du logement social pour assurer le droit opposable

 4/ un renforcement des services publics essentiels

C’est à l’échelle du territoire d’agglomération que sont possibles des politiques environnementales exemplaires. Les écologistes impulseront un renforcement des services publics essentiels à utilité sociale et écologique. Ils s’engagent à
- Réformer la politique des déchets en engageant la réduction à la source et en impliquant les citoyens dans la rénovation des modalités de tri et de valorisation
- Créer un service public de l’eau (en régie publique) en transférant des communes à l’agglomération la compétence « eau potable »
- Continuer l’effort engagé sur l’assainissement, pour un service public de qualité au moindre coût pour l’usager.

 5/ des politiques de l’emploi innovantes et territoriales

Les collectivités locales se fourvoient dans les subventions aux grands groupes privés qui délocalisent une fois la manne publique acquise et ne répondent pas aux besoins d’emploi locaux. Les écologistes proposent au contraire de favoriser et soutenir l’économie locale en s’appuyant sur les richesses de notre territoire afin de développer des emplois diversifiés et non délocalisables, ils s’engagent à
- Promouvoir des emplois durables et non délocalisables en subventionnant par exemple les travaux du bâtiment pour une rénovation écologique, en soutenant les entreprises de l’économie sociale et solidaire qui vont se développer pour les services à la personne, en donnant la priorité aux commerces de proximité et non plus aux grandes surfaces
- Développer des partenariats avec les structures intercommunales voisines en refusant les politiques d’attractivité non-coopératives pour soutenir à l’inverse un rapprochement entre lieux de vie, de travail et de services.
- Maintenir, entre les différents pôles urbains, des zones naturelles et agricoles qui sont la condition de maintien d’une activité paysanne, garante d’une alimentation de qualité et de circuits courts entre consommateurs et producteurs

 6/ une économie des finances communautaires

La fiscalité locale est aujourd’hui la plus injuste qui soit. Les écologistes porteront la nécessité d’une réforme écologique et sociale des impôts locaux, incluant la progressivité. Dans l’attente d’une telle réforme, ils s’engagent à
- rompre avec les actions et équipements de prestige pour retrouver des marges de manœuvre financière au profit de nouvelles compétences essentielles (comme le logement étudiant)
- refuser l’instauration de nouveaux impôts locaux communautaires

Voir aussi pour Grenoble :
- notre liste
- notre programme

Le programme et les candidats des autres communes sont sur le site des Verts Isère


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSCampagne 2008 RSSDans l’agglo