Conseil municipal du 21 octobre 2013

Rapport d’activités CCAS-Exercice 2012

Intervention de Gilles Kuntz

Au préalable, nous tenons à saluer le travail de tout le personnel du CCAS qui remplit sa mission avec un dévouement constant année après année ; le document « Repères 2012 » de grande qualité qui nous a été distribué est à l’image du service rendu par notre CCAS.

Contrairement à l’opposition de droite toujours absente, nous avons suivi étroitement au sein du Conseil d’Administration le travail mené par le vice-président qui remplit par délégation du maire une mission qui n’est pas des plus faciles et qui a pour principal objectif d’assainir les finances du CCAS. Si les comptes du CCAS ne sont plus en déficit, il reste encore des déficits accumulés à résorber qui ne pourraient l’être sans l’augmentation de la subvention de la Ville à hauteur de 700 K€ au lieu du million d’euro que nous réclamons depuis des années. Ce redressement comptable n’a pas été obtenu sans des décisions qui ont eu un impact sur les usagers. Le vice-président ne manquera pas de nier l’évidence, mais l’augmentation des tarifs d’hébergement dans les établissements de personnes âgées, la fin de l’intérim pour les remplacements, la fermeture du foyer Les Gentianes, le gel des nouveaux investissements et en particulier de la construction de crèches qui font défaut dans les secteurs 1 et 2 en particulier ne sont pas sans incidence sur la qualité du service public.

Pour ne pas rester dans son seul rôle de gestionnaire, la vice-présidence du CCAS a multiplié les coups médiatiques dont beaucoup se sont arrêtés à la fin de l’expérimentation : le micro-crédit n’a pas permis d’accorder plus d’une centaine de prêts, les ordinateurs à domicile des personnes âgés ont disparu au bout d’un an, la garde atypique des petits ne se développe pas… Il reste quelques initiatives en cours comme Parler Bambin ou Manger Malin pour lesquelles nous émettons de fortes réserves. Pour ne pas rester sur du négatif, nous saluons le développement des paniers solidaires et le Pass culture tout en regrettant la fin des animations d’arts plastiques auprès de nos ainés. La politique redistributive du CCAS se manifeste au travers des aides apportées par sa Commission Permanente. Une meilleure coordination entre les aides de la Ville et du Conseil Général devrait être mise en place. Il n’est pas normal d’être traité différemment selon que sa structure familiale vous oblige à vous adresser à l’une ou l’autre des collectivités. L’allocation municipale d’habitation (AMH) qui devait être une modeste compensation à l’apport au budget de la ville de la prise en charge de la collecte des ordures ménagères par la Métro via la TEOM n’a pas progressée et ne concerne que 311 familles pour environ 250 000 € annuels alors qu’en 2006 nous avions prévu de rendre 10% de la TEOM soit 400 000 €. Pourquoi avoir mis en place des critères aussi catégoriques comme l’obligation d’habiter dans du logement privé ? Quand on connaît les trop perçus de chauffage par la CIAG et la mauvaise isolation de nombre de logements sociaux, on peut s’étonner que ce public très social ne bénéficie pas de l’AMH.

Avant de finir cette brève réaction qui concrétise des heures de présence au sein du CCAS, je voudrais m’étonner que l’Analyse des Besoins Sociaux 2012 ne soit pas encore disponible. Cet outil obligatoire de notre collectivité nous permet d’avoir un regard objectif sur la précarité dans notre ville. J’espère que nous pourrons bientôt nous en servir pour proposer chacun de son côté un renouveau de notre politique sociale dans les débats à venir.

Le CCAS de Grenoble est l’un des premiers en France. Une redistribution des compétences entre tous les partenaires s’impose et en particulier avec l’Etat pour l’hébergement et le Conseil Général pour les actions autour des pertes d’autonomie. Nous pensons nécessaire de repenser la politique sociale non plus en terme de visibilité de l’action d’une municipalité, mais dans l’intérêt de nos concitoyens qui doivent rester au cœur de nos politiques.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2013 RSSConseil du 21/10/13