Conseil Municipal du 21 octobre 2013

Billet d’humeur

par le groupe des éluEs

Il est 17 h 15, les policiers municipaux ont mis leurs gilets pare-balles, suite à l’arrivée prévue de quelques femmes qui revendiquent de continuer à occuper une maison appartenant à la ville pour développer un projet d’aide aux femmes lesbiennes et trans. Elles resteront parquées dehors : la maison du peuple aurait-elle disparue à Grenoble ?

La présentation du rapport d’activité du CCAS par son vice président, reçoit un satisfecit du maire. La droite est toujours égale à elle-même sur le CCAS, alors qu’elle est toujours absente au conseil d’administration. La droite propose de diminuer les dépenses sociales en faveur des plus démunis. Nous en prenons acte. Notre groupe observe une amélioration des finances pour ce mandat, mais il n’en reste pas moins un déficit financier dû aux années antérieures qui n’est toujours pas résorbé, et nous redisons qu’il y a quelques dépenses d’expérimentation, qui servent surtout de « faire valoir » sur les tribunes de France et de Navarre au vice-président du CCAS, tels que « manger malin » et « parler bambin ». Chacun a besoin de sa petite heure de gloire... Grâce à cette présentation, nous observons que le président du groupe PS, est en mode « combat » dans le cadre de la campagne des municipales : il est probablement missionné pour assumer le rôle de « cogneur » sur notre groupe, comme son copain sénateur sur les mêmes bancs. Bof, pas très glorieux tout çà !

Puis ce fut au tour du 1er adjoint, président de GEG de dénoncer notre posture politicienne sur l’augmentation des tarifs du gaz de 4.5 %. Mais nous n’avons pas obtenu de réponse claire concernant l’installation des panneaux photovoltaïques sur le futur parking à la Villeneuve qui est une excellente initiative que nous avions proposée en avril dernier au moment de la présentation de ce projet.
Cependant, une énigme demeure : pourquoi la ville va t’elle devoir indemniser GEG pour l’exploitation de ce parc de photovoltaïque à hauteur de 15 €/an. Aucune explication sur les raisons de ce montant de 15 € qui est ridiculement bas ! A l’issue du conseil municipal ce montant reste un mystère. Quelle mesquinerie de ne pas avoir proposé l’euro symbolique !
Le 1er adjoint s’est un peu fâché contre notre intervention, car nous mélangions les choux, les carottes et le poireaux (encore une histoire de choux durant ce conseil !). Eh oui, nous sommes dans notre rôle d’opposants et nous tentons d’obtenir des infos à la faveur d’une délibération sur la question des licenciements à GEG, qui ne nous paraissent pas justifiés.

Sur le réaménagement de la gare, le projet d’aménager une passerelle qui ne permettra pas l’accès aux quais est pour le moins curieux pour ne pas le qualifier d’absurde. Nous pensons qu’il serait plus judicieux d’aménager un tunnel qui permettrait une véritable accessibilité à tous les passagers. « Mais çà se fera plus tard », sans préciser aucune date, nous dit le sénateur-conseiller municipal qui se préoccupe toujours beaucoup de transports à Grenoble. Il ne manque pas l’occasion de fustiger le groupe écologiste au passage. En voilà un qui est fidèle à sa pensée d’un parti socialiste hégémonique et tout puissant !

Quant à la vente des 10-20 galerie de l’Arlequin pour permettre à la SDH de procéder aux travaux de la Villeneuve dans le cadre du projet ANRU, nous n’avons pas obtenu de réponse satisfaisante concernant la rénovation des 10-20, qui ne seront inscrits qu’à l’ANRU 2, compte tenu des finances de l’ANRU, ce n’est donc pas dans l’immédiat ! Par contre, il y aura peut être ventes des logements, d’abord proposés aux locataires, et ceux qui ne pourront pas acquérir leur logement seront relogés ailleurs. Après de telles réponses floues, il sera nécessaire de veiller au grain sur le devenir des 10-20, galerie Arlequin ! Nous avons pourtant rappelé les avis des ateliers populaires d’urbanisme qui proposaient d’autres solutions.

Pour Alpexpo, les problèmes graves demeurent, avec des besoins de financements à hauteur de plusieurs millions d’euros. Les réponses sont toujours identiques « tout va s’arranger, beaucoup d’acteurs s’occupent d’Alpexpo pour venir faire des salons à Grenoble. » Nous écoutons avec satisfaction que l’un des plus fréquentés est d’ailleurs le salon écolo, Naturissima. Une suggestion : peut être faudrait il être plus audacieux sur ce type de salon à vocation écologique, et ainsi améliorer la situation financière d’Alpexpo. En attendant un hypothétique redressement, nous refusons de donner 1,6 M€ à fonds perdus.
Quant à la droite qui pousse des cris d’orfraie maintenant, alors qu’elle est dans le conseil d’administration depuis 2008, que n’a-t-elle pas dénoncé cette situation plus tôt. Nous étions un peu seuls à poser des questions au début de ce mandat…

Enfin la question de la création de la Société Publique Locle pour l’eau de Grenoble a entraîné quelques éclats de voix. Nous sommes favorables à la création de cette SPL qui permettra d’ouvrir la fourniture de ce précieux bien de qualité à d’autres communes. Cependant, nous nous opposons à l’indemnisation du président et des administrateurs. Jusqu’à présent les administrateurs de la Régie des Eaux n’avaient aucune indemnité, A quelques mois des municipales de 2014, il est indécent de rémunérer les administrateurs. Le maire a donc tranché : ce sera le premier conseil d’administration de la SPL qui décidera s’il y a lieu ou non d’indemniser les administrateurs. Nous serons vigilants, car au moment où nous observons que de nombreux ménages ont bien du mal à s’acquitter de leurs charges locatives et de nombreuses familles voient leurs ressources diminuer, il ne nous paraît pas décent et nécessaire, d’indemniser des élu-es au seul prétexte qu’une régie devient une SPL de l’eau.

Nous regretterons toujours que de nombreuses personnes qui voulaient assister à ce Conseil municipal, n’aient pas été autorisées à entrer. La démocratie ne se grandit jamais en ne voulant pas entendre des personnes qui sont en désaccord avec les choix faits par les élu-es qui sont aux responsabilités. Les forces de police, sollicitées pour interdire cette entrée, font penser à une fin de règne anti-démocratique.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2013 RSSConseil du 21/10/13