Conseil Municipal du 25 mars 2013 Délibération n° 5-B 001 LOGEMENT

Programmation de la construction de logements sociaux pour l’année 2013

par Maryvonne Boileau

Nous nous apercevons qu’il y a un maintien de la programmation de logements sociaux sur les 3 ans à venir. Alors qu’il avait été annoncé que la Ville allait être un peu plus offensive sur la construction de logements sociaux, puisque c’est de ça dont nous avons surtout besoin dans Grenoble et l’agglomération.
Nous verrons le résultat puisqu’en 3 ans, il y a beaucoup de choses qui peuvent se passer. Ainsi, il y a des recours contre le PLU, et il est donc probable que cette programmation soit un peu décalée.

Nous contestons aussi le traitement qui est fait des logements étudiants. On voit dans la programmation qu’il y a 274 logements sociaux financés pour la ZAC Presqu’île, et que c’est du logement étudiant. C’est une question importante car est-ce de ça dont nous avons besoin ? Est-ce de logement étudiant dont nous avons réellement besoin, quand on s’aperçoit que dans un secteur tout proche de la Presqu’île, sur le Quai de la Graille, une pancarte publicitaire pour des logements étudiants disponibles n’en finit plus de se déliter sous les assauts du temps. Alors certes, ce ne sont pas des logements étudiants gérés par le CROUS, mais il y a un autre élément à prendre en compte : il y a une augmentation très importante de petits logements dans le privé, aujourd’hui, à Grenoble, qui seraient à mettre en location et possiblement à des étudiants, et qui sont laissés vacants. Ces logements ne sont peut être pas de très bonne facture et sont sans doute des passoires énergétiques. Mais n’y a-t-il pas là une recherche poussée à mener avec l’opération Mur-Mur par exemple, par laquelle il nous faut être encore plus offensif sur les questions de l’aide apportée au logement privé. C’est aussi là qu’il y a un problème de densification, car effectivement, si on continue à construire alors qu’à coté, il y a des logements inutilisés car pas aux normes sociales acceptables, ce qui peut se comprendre, ce n’est pas aller dans un sens qui laissera des espaces libres sur l’ensemble de la ville.
De plus, il faut bien regarder que les étudiants ne demandent pas forcément aujourd’hui des studios. Il y a une demande non négligeable de colocations. Le CROUS ne veut pas lancer d’expérimentation sur ce champ, pour des problèmes de gestion trop complexe, et ne veut donc que louer des petits logements individuels, mais il y en a déjà beaucoup.

Il y a aussi une autre question qui nous pose problème, c’est la question des VEFA. Il y en a de moins en moins mais il y en a encore. On a parlé tout à l’heure de relogements dans d’autres quartiers d’occupants de logements sociaux dont ces derniers sont touchés par du renouvellement urbain. On s’aperçoit que tous les logements VEFA, en état futur d’achèvement, inclus dans des bâtiments privés, sont des logements en rez-de-chaussée. C’est le rez-de-chaussée qui est laissé pour le logement social. Mais ces logements sont alors plus vulnérables que ceux dans les étages aux actes de vandalisme, par exemple. Ainsi, dans le quartier de l’île verte, les habitants de ces logements manifestent leur inquiétude voir leur lassitude, au point de vouloir repartir dans leur quartier d’origine. C’est aussi une question à regarder de prés : le logement social ne doit pas obligatoirement être mis en rez-de-chaussée.

Nous voulions enfin revenir sur la conférence de presse du groupe UMP, rapportée par la presse locale aujourd’hui. Les positions affichées sont assez curieuses : la densification de la ville est dénoncée à travers la programmation de logements sociaux. S’il n’y avait que des logements sociaux construits, la ville ne serait pas en danger de densification… Ce n’est pas ça le problème, d’autant plus que la part de logements sociaux dans les opérations privées restent limitée à 25% maximum sur l’ensemble d’une opération.
Donc nos collègues amalgament l’urbanisation de la Ville, puis le logement sur l’ensemble de l’agglomération… sans faire une réelle distinction entre logement social et logement en général. Votre position par rapport au logement social est incompréhensible, mais peut être que ce flou est savamment entretenu, ce qui ne permet pas de faire connaître si la Droite est favorable ou non, à la présence de logement social dans la ville !

Vote du groupe sur cette délibération : POUR




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2013 RSSConseil du 25/3/13