Tribune des Nouvelles de Grenoble mars-avril 2013

“Grenoble Factory” : c’est “Culture Pub” !

par Maryvonne Boileau

Il faudra qu’un jour on nous explique pourquoi certains politiques aiment tant utiliser des termes anglais... Que ce soit pour faire des campagnes de communication ou pour désigner certains espaces de Grenoble, on a déjà donné dans “Giant”, ou “Play Grenoble” et maintenant “Grenoble Factory”. Grenoble qui est aussi une ville d’innovation et de recherche, procède logiquement à des expérimentations, grandeur nature, y compris sur les campagnes d’information. Le concept de ces visages qui inondent nos rues s’appelle donc “Grenoble Factory”. Soit en langue française “la fabrique de Grenoble”.
Notre ville a en effet une longue et belle histoire. Son identité est surtout celle de tous les Grenoblois installés depuis plus ou moins longtemps qui font la réputation de Grenoble. Ils sont venus de tous les horizons, de France et du monde. Au moins pour cela, les portraits affichés respectent la diversité.
Mais pourquoi, lancer cette campagne en février 2013, et surtout pour dire quoi et à qui ?
La communication est un art difficile qui peut être utilisée à diverses fins. Entre information, communication et propagande, il n’y a qu’un pas que certains franchissent allègrement. En effet, faire une campagne d’une telle ampleur, à un coût aussi élevé, (officiellement 250 000 euros), juste avant le début du délai légal de prise en compte de ce type de dépenses dans des comptes de campagne, n’est ce pas tout simplement un déni de démocratie ?
En effet, cette communication n’a jamais fait l’objet d’une délibération et donc d’un débat en conseil municipal, alors qu’elle est financée avec l’argent public, pour une majorité élue avec seulement 48 % des voix. Les obligations légales d’expression de l’ensemble des groupes du conseil municipal, n’ont pas été respectées. Dans le numéro spécial des Nouvelles de Grenoble qui a été consacré à la seule gloire de la majorité municipale, tous les groupes et surtout ceux de l’opposition auraient dû avoir un espace d’expression. La majorité municipale “a oublié” de le proposer…
Si le maire et sa majorité étaient soucieux de la démocratie, nous aurions pu réaliser une exposition qui aurait rappelé le bilan de ces 6 années, pour chacun des groupes du conseil municipal. La véritable innovation aurait été d’organiser des débats contradictoires, élu-es de tous bords, citoyens, représentants du monde économique, associatif , sportif et culturel. Ce qui aurait permis l’expression d’avis positifs et négatifs pour en tirer des enseignements sur la période, et continuer de construire l’avenir de cette ville.
Au moment où les finances publiques se font rares, où l’Etat annonce des réductions importantes de ses aides aux collectivités territoriales, n’y avait il pas mieux à faire que cette campagne d’autosatisfaction ? Présenter l’évolution de Grenoble pourquoi pas ? Mais avec la parole des Grenoblois pour ouvrir le débat, ce serait beaucoup mieux !




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSPublications RSSTribunes des Nouvelles de Grenoble