Conseil Municipal du 18 février 2013 Délibération n°1-B 004 LOGEMENT

PRU Villeneuve : Plan de Sauvegarde Copropriétés de l’Arlequin

par Maryvonne Boileau

Cette délibération est effectivement d’’importance. Cependant, elle appelle pour notre groupe de nombreuses questions.

En effet, la question du manque de logements ne cesse de revenir en boucle, à Grenoble et ailleurs, qu’il s’agisse de l’impossibilité d’accession en raison des coûts prohibitifs, du manque de logements social essentiellement, du logement locatif privé inaccessible pour les salaires moyens et modestes, en passant par le logement sans confort jusqu’au logement insalubre voire indigne.

Cette délibération serait donc le lancement d’une opération de grande envergure pour faciliter une amélioration significative des copropriétés de la Villeneuve. Ce qui est curieux, c’est que dans le même temps on rénove des logements au 50 galerie de l’Arlequin, mais le premier signe sera la démolition de 60 logements locatifs sociaux. Ces logements étaient exactement de la même facture que ceux qui vont être rénovés, mais comprenne qui pourra. Et surtout, il faudrait cesser d’invoquer l’obligation de l’ANRU, d’autres alternatives étaient possibles, comme transformer cet espace pour des activités tertiaires, par exemple du logement étudiant ou du logement pour jeunes apprentis qui ont tant de difficultés à se loger entre leurs périodes de formations et leurs temps chez l’employeur, mais aussi envisager l’installation du CCAS, bref il y avait d’autres possibilités.

La ville de Grenoble avec l’aide de la Métro a engagé depuis plus de 10 ans des opérations pour améliorer le logement existant, les OPAH, les OPAH TB, et maintenant l’opération Mur Mur sont des initiatives qui permettent de faire avec le bâti en place, sans tout démolir. C’était assez novateur à leur installation.

Cette délibération se présente comme un lancement d’une très grande opération vite comparée à l’opération de Grigny, mais Grenoble n’est pas la banlieue parisienne. Cependant, on nous présente un texte où tout est vague et flou. Seuls quelques chiffres nous parviennent sans que l’opération ne soit véritablement chiffrée, nous aimerions donc connaître dans les meilleurs délais : Quel sera le montant exact de cette rénovation ? Quelle sera la nature exacte des travaux ? Isolation thermique, phonique ? Amélioration des accès par l’augmentation du nombre d’ascenseurs pour diminuer la taille des coursives ? Le chiffre qui circule d’un montant de 75 à 80 000 euros de travaux par logement est- il exact ? Si c’est exact, et malgré l’aide possible de l’ANAH à 50 % par l’ANAH et le plan exceptionnel de rénovation urbaine, il restera donc encore 40 000 euros à la charge de chaque propriétaire. Comment feront ceux qui ont de très modestes ressources ? Les loyers des propriétaires bailleurs seront-ils augmentés ou bien maintenus en l’état actuel, où ils sont assez élevés comme ailleurs ? Enfin une dernière demande concernant la fiscalité, après un tel programme de rénovation, il serait souhaitable que les propriétaires puissent bénéficier d’une défiscalisation de la taxe foncière comme pour du logement neuf, ce serait un bon début d’amélioration de la fiscalité locale qui tarde à être modifiée, et en particulier dans ce secteur Sud où elle est le plus injuste.

Nous voterons cette délibération, parce qu’elle est un bel exemple de ce qu’il faudrait initier à l’échelle de la ville et de la Métro. En effet, alors qu’il y a un trop grand nombre de logements vides à Grenoble et que dans le même temps on ne cesse de vouloir construire sans mesure, ne serait-il pas plus intéressant de rechercher des solutions identiques à celle de la Villeneuve et ainsi déjà bien occuper le patrimoine privé existant. Il y a des zones d’ombres qui subsistent et de nombreuses questions posées par les habitants qui ont besoin de réponses claires et précises avant de s’engager plus avant.

Pour nous écologistes et alternatifs, nous considérons que c’est dans la réhabilitation qu’il y a des vrais espaces d’innovation pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, mais aussi des lieux d’expérimentations intéressants et ainsi permettre à la ville de Grenoble de préserver ces espaces non bâtis. L’argent public qui est rare et qui va se raréfier davantage devrait d’abord être fléché sur la construction de logement social et pour la rénovation du bâti existant dans le privé et dans le social.

Vote du groupe sur cette délibération : POUR




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2013 RSSConseil du 18/2/13