Conseil Municipal du 28 janvier 2013

Billet d’humeur

par le groupe des éluEs

L’année municipale commence bien : un conseil municipal retardé d’une semaine et qui démarre en retard !

Pourtant, l’ordre du jour proposait en première délibération le lancement de la révision du Plan Local d’Urbanisme, document d’importance qui fixe les grandes lignes de la ville de demain.

Sa présentation par le maire aura été faite avec son emphase habituelle : l’enthousiasme, la passion, l’amour… de Grenoble bien sûr et avant tout ! Tous les sujets ont été traités, avec « je vous le dis tel que je le pense, je suis pour un PLU intercommunal. » Encore un petit effort et le maire sera favorable pour l’élection au suffrage universel des conseillers communautaires… Mais… c’est bien une proposition des écologistes depuis plusieurs années qui est reprise, là ?! Espérons que tout cela va se traduire dans les amendements des députés à l’Assemblée nationale et ainsi faire évoluer le texte actuel voté au Sénat qui est si frileux sur la question et surtout en l’état actuel, risque de faire disparaître les listes d’opposition.

Mais le plus beau, fut dans le chapitre sur les transports, et la comparaison entre les déplacements des enfants des quartiers qui ne font pas plus de 5 km/jour alors que Sarkozy en parcouraient 700 dans le même temps. Heureusement… il y a peu d’enfants qui sont atteints de la pathologie sarkozyste que l’on appelle en terme savant « l’hyperactivité ». C’est une difficulté pour les enseignants lorsqu’ils ont à gérer des enfants hyperactifs dans une classe. Pour notre part, hélas, nous avons dû supporter un hyperactif durant 5 ans. L’état dégradé de la France de 2013 n’est sans doute pas étranger à ce comportement.

Au final de cette présentation, le constat que l’oral était meilleur que l’écrit de la délibération. Le problème est que seuls les écrits restent… Pour ce qui va suivre de cet exercice, seuls les faits comptent, le reste n’est que verbiage. Et les faits ne plaident pas en faveur de cette majorité…

Nos collègues de droite ont beaucoup insisté sur le lancement de cette concertation comme prétexte pour le lancement des municipales de 2014, montrant bien où sont leurs préoccupations. Nous allons probablement avoir droit à chaque conseil de 2013 à une remarque du même genre. Chacun fait sa campagne ! Mais la droite, qui parle de la nécessité d’inventer une ville apaisée, propose comme moyen une autoroute. Pour apaiser, on a vu meilleur remède !

Pour notre part, nous maintenons notre posture et notre rôle d’opposition constructive en ayant proposé de nombreux amendements à cette délibération. Plusieurs élus de la majorité nous font remarquer que vraiment, c’est dommage de les avoir eu aussi tard… nous avons du leur rappeler que le fonctionnement du conseil municipal faisait que les élus de l’opposition ne découvraient les projets de délibérations qu’en commission, soit entre 10 et 14 jours avant le conseil, et n’avaient les délibérations officielles que le mardi soir précédant le conseil.
Les amendements ont été retenus en partie. Mais, quelques amendements étaient impossibles à accepter par le maire et sa majorité : ne plus inscrire la ville de Grenoble dans la compétitivité mondiale… Il faut une ville rayonnante et compétitive ! Ce sont les maîtres mots de la droite et de la majorité. A tout cela nous préférons la recherche d’un autre mode de développement. Ces amendements, ainsi vidés de leurs valeurs politiques, ne correspondaient plus du tout à ce que nous proposions, nous préférons donc voter contre.

Mais en raison de la porte un peu entrouverte pour laisser place à des remarques qui pourraient améliorer réellement un grand débat public sur le PLU qui sera probablement intercommunal en 2016, nous ne votons pas contre la délibération, mais nous nous abstenons seulement.

L’autre gros morceau de ce conseil aura été l’examen du rapport de la Cour Régionale des Comptes sur GEG.
La droite tacle les statuts du personnel de GEG en indiquant qu’il serait nécessaire de les faire évoluer. Le débat peut être posé, mais le petit problème, c’est que le personnel est statut EDF et que ce n’est pas de la compétence de la ville… Position purement démagogique, donc.
Sinon le Président de GEG et 1er adjoint de Grenoble, indique qu’en 2008, il y a eu un réel « coup de balai » dans les rémunérations des administrateurs. Encore heureux : des élu-e-s qui se votent une augmentation de 25 % ne vont pas en plus continuer à percevoir une autre rémunération dans les satellites. En sachant que certains-nes perçoivent des « jetons de présence » à GEG comme ailleurs. Donc la vraie transparence serait d’indiquer quelles sont les réelles indemnités des élu-es, notamment celle du président de GEG qui cumule ses indemnités de 1er adjoint, de conseiller régional, de vice-président Métro et de président de GEG. Sur ce sujet là, il est toujours préférable d’être très humble, surtout lorsqu’on est directement concerné par une forme de cumul au moins des indemnités.

Enfin, la majorité nous présente ses engagement en matière de recrutement de jeunes en « emplois d’avenir ». Un objectif de 100 jeunes recrutés dans le « groupe ville », avec un accompagnement pour viser une pérennisation de 60 à 70% de ces nouveaux collaborateurs.
Le PC indique que ce n’est pas une solution unique et pérenne pour l’emploi des jeunes. Il regrette que la pérennité n’ait pas été retenue comme principe pour ces emplois. Mais très satisfait de l’accompagnement et encadrement des futur-es recruté-es.
La droite considère que c’est un peu flou pour la suite, mais bon on ne va bouder le plaisir de permettre à 100 jeunes de trouver un emploi, même s’il n’est pas pérenne, et surtout à un coût minime pour la collectivité. Et pourtant, elle s’abstient sur cette délibération !!! Décidément ces élus ont du mal à comprendre le peuple et les difficultés des jeunes dans leur accès à l’emploi…

Le conseil se termine, bien après le départ du maire à 20h30, par le vote de notre vœu, à destination du Président de la République, pour la mise en œuvre du droit de vote et d’éligibilité des étrangers non communautaires aux élections locales. Ce vœu a été soutenu par les différents groupes de la majorité, qui l’ont voté.
A une exception notable, celle de Philippe de Longevialle qui s’est abstenu. Au moins aura-t-il eu le courage de son opinion, alors que le groupe de l’UMP a préféré fuir le conseil pour éviter le débat et ne pas avoir à se prononcer sur ce vœu.
Finalement, lorsqu’il s’agit de faire progresser les droits, que ce soit sur le mariage pour tous ou le droit de vote aux étrangers, la droite montre son vrai visage, clairement conservateur.
Grenoble a besoin de femmes et d’hommes qui veulent y cultiver son identité pionnière à tous les niveaux, et pas de gens qui ne regardent que dans le rétroviseur de l’histoire. A l’évidence, les élus qui se sont abstenus ou ont fuit le sujet lundi soir sont de ceux là.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2013 RSSConseil du 28/1/13