Conseil Municipal du 17 septembre 2012

Billet d’humeur

par le groupe des éluEs

Lundi 17 septembre, lors du conseil municipal, le maire a répondu à deux questions orales, l’une de la droite sur le cumul des mandats pour savoir quand il céderait la place. La réponse, comme on l’a vu par ailleurs, a consisté à dire qu’il était pleinement maire et pleinement député. Mais M. Destot a une conception très personnelle de l’implication dans ses mandats. Depuis de longs mois il n’est plus aux manettes de la ville, à tel point que lors du vote des adjoints pour remplacer G. Fioraso, la liste des 22 adjoints au maire était présentée par J. Safar ! En ce qui concerne l’assemblée nationale il est bien connu qu’il fait partie des députés derniers de la classe, voir son bilan de la législature précédente sur le site « nos députés ».

L’autre question orale posée par Maryvonne Boileau de notre groupe s’adressait au maire pour savoir ce qu’il entendait faire face au déplacement des assistantes sociales du Conseil général des Maisons des Habitants (Voir l’intégralité de la question orale sur ce site).

Alors qu’il y a deux ans, il avait signé avec d’autres maires de l’agglomération une lettre de protestation qui avait permis de mettre un terme à cette opération, cette fois, il n’a rien fait publiquement pour s’y opposer. Il a de surcroît proféré un gros mensonge en déclarant que tous les conseillers généraux de Grenoble avaient donné leur accord à cette « réorganisation » des services du CGI, puisque le Conseiller général écologiste O. Bertrand s’y est opposé.

A propos du plan de protection de l’atmosphère, la majorité de la majorité a refusé, sans explication, l’amendement du groupe « Écologie et Solidarité » sur la possibilité d’utiliser en cas de pic de pollution la circulation alternée. Pourtant cet amendement avait été intégré à la délibération proposée au vote à la Métro. Le groupe communiste a pour une fois voté avec les écologistes.

Autre fait qui n’a pas été relayé par la presse puisque les journalistes n’étaient plus là en fin de conseil, c’est la convocation de la Commission consultative des services publics locaux pour lui présenter une nouvelle organisation du service public du gaz et de l’électricité. La délibération précisait : « La ville de Grenoble a donc engagé une démarche visant à conclure un nouveau contrat de concession avec la SAEML GEG relatif exclusivement à l’exploitation du réseau de distribution d’électricité et de gaz et à la fourniture d’énergie électrique et gazière aux tarifs réglementés sur le territoire communal. »

La délibération réglait la question du mode de gestion du service, puisqu’elle signifiait que la décision était déjà prise de maintenir comme délégataire la SEM actuelle, excluant tout retour à une régie ou à la mise en place d’une société publique locale. Nous sommes intervenus pour dire notre désaccord avec une telle méthode, ce qui a déclenché une réaction inattendue et hors cadre de M. Chamussy qui a perdu tout contrôle. Il faut dire que le groupe UMP a voté cette délibération avec la majorité municipale et il a été très gêné par ce rappel aux principes de la démocratie la plus élémentaire.

Une autre délibération prévue pour le début du conseil a été repoussée après 22h quand il ne restait plus aucun journaliste pour s’en faire l’écho : il s’agissait de la création d’un « comité de suivi et de concertation » du projet Flaubert. Nous sommes intervenus pour dénoncer cette manipulation qui vise à étouffer les opposants au projet (dont le CCS 4) en créant de toutes pièces un conseil de près de 100 membres ajoutant :

« 2 représentants :
- de chacun des 5 autres Conseils Consultatifs de Secteur
- de chacune des Unions de Quartier Foch-Aigle-Libération, Eaux Claires, Rondeau Libération, Alliés-Alpins-Beauvert, Capuche Grands Boulevards, Exposition Bajatière, Malherbe, Village Olympique Vigny Musset
- du CLUQ
- de LAHGGLO
- de chacune des associations du champ de la nature et de l’environnement
- de chacune des associations de commerçants
- du Collectif Vivre à Flaubert
- de chacune des entreprises du secteur
- des chambres consulaires : Chambre de Commerce et d’Industrie et Chambre des Métiers et de l’Artisanat
- du Marché d’Intérêt National. »

Heureusement qu’un amendement a proposé de supprimer les représentants de chacune des entreprises du secteur, sinon il aurait fallu se réunir à Alpexpo ! Cette délibération démontrait a posteriori que la concertation n’avait pas été menée correctement en amont de la mise en place de la ZAC Flaubert. C’est une des très mauvaises habitudes de cette majorité, d’imposer des solutions et ensuite sous la pression expliquer que cela peut évoluer, mais que les décisions principales restent non négociables.

Billet rédigé conjointement avec l’ADES




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2012 RSSConseil du 17/9/12