Tribune des Nouvelles de Grenoble septembre-octobre 2012

Groupes scolaires : servir le présent et préparer l’avenir

Par Gwendoline Delbos-Corfield

Ces derniers jours, tous les élèves de Grenoble auront rejoint leur école pour une nouvelle année scolaire. Tous ? Non. Les élèves de l’école des Buttes n’auront pas eu cette possibilité, et ils doivent gérer en plus de leur scolarité normale des conditions d’accueil plus délicates.

Nous sommes profondément solidaires tant des enfants et de leurs familles que de l’équipe enseignante qui a vu disparaître l’essentiel de son travail et de son matériel. Mais cet événement dramatique doit aussi nous interroger sur la manière dont la majorité entretient ce patrimoine qui est celui de tous les grenoblois.

Ainsi, lors du précédent mandat, le budget alloué à l’entretien des 80 écoles grenobloises publiques, maternelles et primaires confondues, oscillait autour de 2,8 M€. De l’aveu même du Maire sur grenews, il aura été cette année de 1,2 M€. Et pourtant, dans le même temps, les grenoblois ont vu leurs impôts locaux augmenter fortement. Alors si la sécurité des enfants grenoblois est la priorité du Maire, pourquoi n’investit-il pas plus sur l’amélioration du quotidien des élèves, et ce même au-delà de leur seule sécurité ?

En fait, la majorité pour qui l’innovation est le moteur du bien-être de notre ville ne devrait pas oublier qu’elle est avant tout une question de formation. Or, la formation, ce n’est pas que l’université, l’enseignement supérieur et les étudiants qui rejoignent la capitale des Alpes pour ses établissements. Ce sont aussi, d’abord, des conditions d’entrée dans l’apprentissage, et les compétences de la Ville portent avant tout sur ces conditions.

Penser le Grenoble de demain, c’est donc aussi réaliser l’école de ceux qui seront ce Grenoble. Si le patrimoine scolaire de la ville est bien connu, son évolution l’est moins. Les grenoblois seraient en droit d’avoir une visibilité sur l’entretien de ce patrimoine, par l’instauration d’un programme pluriannuel de travaux constants de rénovation et d’entretien. De même que sur les conclusions des commissions de sécurité par lesquelles des réserves peuvent être émises, voire des avis défavorables. La Ville pourrait donner une publicité plus importante à ces éléments et aux échéances auxquelles il y sera répondu.

Il en va du mobilier comme de l’entretien. Certaines écoles utilisent un mobilier obsolète, voire qui ne répond plus aux normes de sécurité en vigueur. Son remplacement pourrait être programmé et la visibilité aux usagers ainsi donnée. C’est toujours une bonne surprise de faire une rentrée sur des chaises neuves, c’est aussi encourageant de savoir quand une situation va s’améliorer.

Une politique plus ambitieuse dans ce domaine ne serait pas un coût pour notre ville, mais une opportunité. De même que l’investissement public sur des grands projets génère de l’activité et de l’emploi, la rénovation, l’entretien, l’équipement de ce patrimoine scolaire est porteur de ces mêmes effets. Avec la possibilité d’y inclure une forte composante d’insertion et de formation professionnelle. Avec des valeurs ajoutées supplémentaires, celles d’un service rendu localement à l’ensemble de la population grenobloise, et à l’avenir.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSPublications RSSTribunes des Nouvelles de Grenoble