Conseil Municipal du 19 décembre 2011

Regard critique d’une élue écologiste

par Maryvonne Boileau

Ce conseil durant lequel nous était présenté le budget primitif 2012 de la Ville de Grenoble, nous a permis d’observer que malgré un débat d’orientation budgétaire où nous avons fait des propositions pour un budget véritablement écologique et solidaire, la proposition de la majorité est restée à l’identique pour ses grands équilibres depuis 2008.

Par contre une nouveauté est intervenue : nous avons découvert en faisant la comparaison une modification des budgets 2011 et 2012. Les chiffres des documents de préparation du budget primitif de 2011 n’étaient plus ceux donnés et surtout votés l’an dernier. Ces documents sont censés permettre à tous les élu-e-s, mais principalement à ceux de l’opposition, d’avoir l’information nécessaire à la construction d’une argumentation contradictoire. C’est un fait nouveau, (enfin nous l’espérons) de nous fournir des informations que l’on peut qualifier de fausses eu égard à celles votées l’an dernier et toutes les années précédentes depuis 1995.
Tout cela, pour que nous ne nous apercevions pas que l’épargne nette pour l’année 2012 était de 11 millions et non pas de 8 millions. Il est curieux de voir des élu-e-s honteux de leur capacité d’auto-financement ! Mais en fait, ce qui ennuie cette majorité, c’est que nous demandons chaque année de revenir sur l’augmentation trop forte des impôts locaux votée depuis 2009. _ Ce montant d’épargne nette prouve bien que nous avions raison de refuser cette forte augmentation, qui pénalise les bas revenus qui ne sont pas exonérés d’impôts locaux en totalité, mais seulement dégrévés en partie.
Nous avons fait quelques propositions de modifications de lignes qui ont toutes été refusées, notamment d’une aide plus conséquente au CCAS et dont son vice-président a déclaré qu’il n’y en avait pas besoin puisque cette année le budget est voté à l’équilibre (ce qui est une obligation légale !). Pourtant, nous savons aussi que des politiques sociales pourraient être améliorées et qu’il y a un déficit cumulé des années précédentes. Le Père Noël est passé par là et a laissé des cadeaux en emportant les déficits cumulés ! Bravo les magiciens !
Quant à la droite, toujours égale à elle-même : il faut augmenter l’investissement et diminuer le fonctionnement, tout en jurant la main sur le cœur et des trémolos dans la voix qu’elle respecte vraiment le travail des fonctionnaires, mais il faut en diminuer le nombre. Cependant, il faut continuer d’assurer un service public de qualité. De là à dire qu’on pourrait faire beaucoup mieux avec beaucoup moins de personnels, il n’y a qu’un tout petit pas qu’ils ne franchissent pas, au moins en paroles !

D’autres grands dossiers ont été traités :
- l’élargissement de l’A 480. Ce dossier qui intervient après la fin du projet tunnel et à la demande de l’Etat nous permet d’observer que les « bitumeurs » ne lâchent jamais ! On leur ferme une porte, ils reviennent par une lucarne. D’autant plus, que les avis des différentes collectivités divergent : le conseil général propose 2 x 3 voies à 90 km/h et la ville de Grenoble et la Métro proposent 2 x 3 voies à 70 km/h pour en faire une « autoroute apaisée ». Mais certains à la ville de Grenoble proposent une subtilité, de faire du 70 km/h ou du 90 km/h selon les heures. Mais le plus beau de l’histoire, c’est que les travaux d’aménagement seront réalisés près de la presqu’île, mais rien du côté du Rondeau qui est un goulot d’étranglement, ce qui a d’ailleurs valu un vote négatif de la ville d’Echirolles. Quant aux questions de bruit, pas de problème a dit l’adjoint chargé de ces questions, avec un bon enrobé et 70 km/h les bruits ont pratiquement disparu ! Les habitants du quartier Mistral et ceux de Seyssins et Seyssinet pourront nous en reparler d’ici quelques années.
- Les contrats urbains expérimentaux de cohésion sociale –Echirolles-Grenoble : nous ont été présentés par le maire d’Echirolles. Ils ont fait l’objet de nombreuses négociations avec l’Etat, le conseil général, la Métro et la région. Ils sont proposés pour envisager des actions renforcées, tant dans le domaine de l’éducation, que de la santé, du sport, mais s’y ajoute un nouvel élément « la vidéosurveillance » pour améliorer la sécurité dans les quartiers de la Villeneuve d’Echirolles et de Grenoble. De plus, cette délibération était rédigée de telle façon que c’était à prendre ou à laisser. Nous aurions volontiers voté pour tous les points sauf la vidéosurveillance. A nos remarques, l’adjoint de Grenoble chargé des questions de sécurité nous a rétorqué que ce contrat était certes perfectible, mais à vouloir toujours mieux, nous faisions le lit des extrêmes. Pour reprendre la phrase célèbre « il ne suffit pas d’affirmer pour être dans le vrai » qui s’applique bien à l’adjoint en question qui est un coutumier de ce genre de remarques désobligeantes, prononcées la première fois en 2004, lorsqu’un écologiste avait battu un socialiste aux cantonales.
- La réhabilitation de la piscine Chorier-Berriat : semble enfin lancée après un retard de plusieurs années et 4 ans de fermeture. Comme nous soulevons cette fois une nouvelle question sur le bilan énergétique de la future piscine comparée à l’ancienne, l’élu délégué aux équipements sportifs ne nous répond pas, mais lit une réponse préparée à l’avance sur le plan piscines « qui ne doit pas se limiter à la création ou la réhabilitation de piscines ». Heureusement, sinon il serait bien vide avec une seule piscine réhabilitée dans ce mandat et encore si celle-ci rouvre à temps avant mars 2014… !

De nombreux autres dossiers étaient présentés : ACTIS, qui va subir un prélèvement de l’État de 1 240 000 euros pour financer l’ANRU, ce qui anéantit les possibilités de construire du logement neuf pour les années à venir. Volonté de la droite qui n’a de cesse d’arriver à la destruction des organismes publics d’ HLM rattachés aux collectivités. Encore un acquis social datant de la fin du 19e siècle qui est en voie de disparition.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2011 RSSConseil du 19/12/11