Conseil Municipal du 21 novembre 2011

Regard critique d’une élue écologiste

par Maryvonne Boileau

Le conseil municipal a débuté sur le débat d’orientation budgétaire et nous a valu un très long discours de politique financière macroéconomique par le Maire. Nous devrions être épargnés par de nouvelles dérives, puisque désormais l’association des maires des grandes villes de France et l’association des communautés d’agglomération sont en alerte constante sur l’évolution de la situation de fragilité des collectivités territoriales.

Plus sérieusement, il est rappelé que la ville de Grenoble aura une baisse de 600 000 euros de la part de l’Etat, mais fort heureusement n’a pas d’emprunts toxiques. Malgré tout cela les dépenses d’investissement sont maintenues pour notre ville. Pour notre part, nous continuons à proposer une baisse de la pression fiscale qui pèse trop lourd sur les ménages, notamment les classes moyennes et ceux aux faibles ressources dont les dégrèvements sont insuffisants. Nos propositions permettent de maintenir un niveau d’investissement suffisant, les aides pour l’éducation, le social, l’enfance, l’entretien et l’embellissement de la ville ainsi que le maintien des effectifs municipaux dans tous les domaines en augmentant légèrement les emplois de terrain Par contre nous sommes constants : nous demandons à diminuer les dépenses de fêtes, cérémonies et réceptions qui sont en hausse constante, ainsi que les aides économiques sans contrepartie.
La droite est égale à elle-même : il faut diminuer le nombre de fonctionnaires et il y a trop d’aides sociales versées par le CCAS. Mais aussi, à Grenoble c’est l’opacité et à la Métro la transparence. C’est vrai pour M. Chamussy qui s’est vu offrir un strapontin indemnisé par M. Baïetto. Passons aussi sur les détails de la remarque de M. Chamussy qui se compare à M. Destot sur leur déontologie commune de n’avoir aucune ambition de carrière, mais seulement le souci d’assumer leur « grande mission » de servir les Grenoblois.
En conclusion, le 1er adjoint chargé des finances a proposé d’organiser un groupe de travail avec toutes les sensibilités politiques pour améliorer ce budget et que toutes les suggestions seront les bienvenues. Dont acte. Après les tarifs de la CCIAG, nous voulons encore espérer que certaines de nos propositions seront retenues pour améliorer la situation des Grenoblois. En dehors de ce temps fort, la délibération sur le facteur IV porté par l’adjoint à l’environnement ne fait pas la démonstration des réalisations concrètes. Il y a pourtant la volonté de bien faire, mais chacun sait que çà ne suffit pas et que si nous voulons obtenir des résultats significatifs de baisse de consommations d’énergie dans les logements anciens, il serait nécessaire d’augmenter considérablement les moyens de l’opération Mur/Mur de la Métro par exemple. Quant à la droite qui porte une sévère critique sur la caserne de Bonne, il serait bien qu’elle soit aussi pugnace pour demander un bilan sérieux par une autorité réellement indépendante, du coût de l’électricité nucléaire, en incluant le démantèlement des centrales et le recyclage des déchets nucléaires.
Le SCOT nous a valu un moment de colère de M. Vuaillat contre M. Chamussy qui l’attaquait sur son absence à la Métro. L’adjointe au logement de la ville de Grenoble a fait taire l’insolent en lui demandant d’être aussi pugnace auprès des maires de droite de l’agglomération pour qu’ils honorent leurs obligations en matière de logement social. Fermez le ban.
Un autre petit moment de gêne du maire sur la délibération concernant le taux revisité de la taxe d’aménagement le long de la future 4e ligne de tram : la déclaration qu’il n’y avait jamais eu de discussion avec le patron du FCG concernant le stade Lesdiguières et les terrains de tennis n’a pas été suffisamment convaincante pour nous rassurer. Nous l’avouons, nous avons des doutes quant au devenir de cet espace pour lequel quelques bruits indiquent qu’il serait peut être destiné à une belle opération immobilière privée avec quelques logement sociaux, en contrepartie d’un agrandissement du stade Lesdiguières. Mais nous voulons garder l’espoir qu’il n’en sera rien et que ces terrains municipaux seront réservés majoritairement pour des opérations 1/3 de logements sociaux, 1/3 d’accession sociale et 1/3 d’accession privée, selon nos principes et ceux du programme socialiste pour 2012.
Avant de terminer ce billet, un petit mot sur la maison Joya, pour laquelle la polémique enfle sur la sincérité du permis de construire. Celui-ci a été déposé pour des logements étudiants, ce qui permet de limiter le nombre de places de parking, or tout indique que les logements sociaux seront en tout petit nombre et le reste sera du logement classique. En réponse à notre question, l’élu de secteur a relu la délibération que nous connaissions et l’adjoint à l’immobilier répond qu’il n’a aucune raison de ne pas croire le promoteur, mais qu’il sera vigilant sur la réalité des logements. Les premières informations sont très inquiétantes. Nous n’en avons pas fini des recours sur cet espace, où le promoteur ne lâche rien de ses résultats financiers pourtant élevés.
Le maire a assuré la présidence du conseil municipal jusqu’à la fin, c’est-à-dire 23 h 30, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps !




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2011 RSSConseil du 21/11/11