Conseil Municipal du 17 octobre 2011 - Délibération 59-E 002 ETABLISSEMENTS PUBLICS

E.P.I.C. - Régie du Téléphérique de Grenoble-Bastille - Tarifs applicables au 1er janvier 2012.

par Hakim Sabri

Vous nous demandez d’approuver les tarifs de l’EPIC Régie du Téléphérique en nous expliquant que ces tarifs doivent être établis de manière à assurer l’équilibre financier de celle-ci… Rien de plus normal dans tout cela.

En préambule, nous voudrions rappeler que cette même régie verse une redevance à l’Office du Tourisme d’un montant d’environ 50 000 euros représentant 25% des réservations groupes… ajouté à environ 156 000 euros représentant 13% de son chiffre d’affaire annuel pour assurer sa promotion… soit 206 000 euros environ.

Sur les groupes, c’est la double peine puisque ponctionné une fois de 25 %, ils sont ponctionnés une seconde fois de 13% puisque inclus dans le chiffre d’affaire annuel…
Soit 38 % du chiffre d’affaire groupes de la Régie du Téléphérique reversé a l’Office du Tourisme dont c’est pourtant la fonction d’assurer la promotion d’une ville et de ses équipements. Il ne me semble pas que les Musées reversent une redevance à l’Office du Tourisme pour assurer leurs promotion.

Alors bien sur pour faire face à l’entretien d’un appareil qui a ce jour 36 ans, ces 200 000 euros ne seraient pas de trop, mais on préfère augmenter les tarifs d’à peine 2%, nous expliquera son Président, là où une augmentation de 4% serait nécessaire… Mais en fait, si on fait la moyenne sur plusieurs années c’est plus de 3% par an en réalité.

La deuxième remarque que nous voudrions faire, c’est que l’an dernier, nous avons été assez critiques sur la possibilité d’accorder des remises dans le sens où nous sommes attachés à la transparence des tarifs et de l’égalité de l’usager devant le service public, principe repris d’ailleurs par le règlement intérieur articles 6 et 12.

Nous avions alors eu une déclaration du Président sur le fait que l’on se trouvait dans un secteur concurrentiel et qu’il fallait certaines fois être capable d’être réactifs pour capter la clientèle. Nous ne retrouvons pas cette capacité de remise cette année. Est-ce que cela voudrait dire que nous avons été entendus et que ces pratiques laissant place à l’arbitraire auraient été abandonnées ? Nous souhaiterions une réponse précise sur ce point…

Le troisième point sur lequel nous voudrions nous exprimer concerne le tarif des plus de 75 ans….. L’an dernier vous aviez pris un malin plaisir à faire sourire cette assemblée concernant notre opposition au tarif pour chiens, et il aurait d’ailleurs été intéressant de savoir ce qu’a généré en chiffre d’affaires ce tarif, pour qu’on puisse sourire à notre tour… Mais revenons sur le tarif des plus de 75 ans. Les transports de l’agglomération grenobloise sont revenus sur la gratuité, mais l’EPIC du Téléphérique, non. Nous laisserons nos chères têtes blanches apprécier, d’autant plus qu’elles font partie des personnes qui se déplacent aux urnes et ne pratiquent pas l’abstention…

Et enfin pour conclure, on nous demande d’approuver un tarif espaces publicitaires qui consiste à pouvoir louer les « bulles » comme support. Là c’est la cerise sur le gâteau : alors que partout dans le monde le mouvement des indignés prend de l’ampleur face au pouvoir croissant des institutions bancaires, Grenoble, capitale des Alpes, offre ce qu’elle a de plus cher au cœur des Grenoblois, sa vitrine touristique, pour louer les bienfaits d’une banque pendant plus d’un mois. Et cela avant même que ce conseil ait délibéré, puisque cela sera effectif dés demain matin.

En dehors du fait que toute apposition de messages publicitaires sur les “bulles” du téléphérique de la Bastille se ferait en violation du règlement de publicité de Grenoble, lequel déroge au principe de l’interdiction de la publicité dans les zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAUP) en n’autorisant la publicité que sur certains “bâtiments” et sur “mobilier urbain” installé sur le domaine public. L’infraction concernée serait délictuelle, passible d’une amende de 7 500 euros par publicité.

C’est pour cela qu’après avoir tiré la sonnette d’alarme sur les dérives de plus en plus nombreuses au sein de cette petite structure, il n’est pas exclu que des initiatives soient prises pour que cela cesse….

Réponse de la majorité (Mr Lachkar)
sur l’augmentation des tarifs :

- la régie a vocation à faire une marge nulle ou légèrement positive (pas de réponse aux transferts d’argents entre la régie du téléphérique et l’office du tourisme). Donc le CA travaille en ce sens. Et il y a multiplication des conditions de tarifs réduits. Obligés d’avoir une augmentation des tarifs et cherche à ce qu’elle soit régulière sur toutes les années.
- Pourquoi ces augmentations : prix de l’entretien et de l’aménagement du site, et déficit cumulé hérité du prix de certains de ces travaux.


sur la publicité :
- le CA a pris position et a voté sur ce principe, avec des représentants des groupes de l’opposition qui auraient pu faire le rapport de cette position. Ou des demandes auraient pu être passés.
- Oui, publicité prévue, mais mesures prises pour ne pas « trop » gêner les utilisateurs et les grenobloise.
- les pubs sur les bulles et sur la gare basse sont des publicités qui servent les causes et la communication de la ville : manifestations, musées etc ; jusqu’à maintenant.
- cette possibilité de publicité a été ouvert aux partenaires qui l’ont été avant l’ouverture de la pub, dans les trois phases de l’aménagement du site, et un seul partenaire est à nos cotés depuis le début, avec des moyens importants : la banque populaire. A participé à hauteur de 100000 E en 2005-2006 ; 60000 E en 2008-2009 ; 60000 E en 2011. Elle paiera 12900 E pour ses publicités, conformément à une convention passée au CA en juillet.
- la Banque Populaire et Petzl participent pour 1/3 de la rénovation du cavalier casematé.

Vote du groupe sur cette délibération : CONTRE
Votes du conseil : 9 droite + 4 PC ABSTENTION ; POUR le reste


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2011 RSSConseil du 17/10/11