Vers une gestion démocratique et rigoureuse de l’argent public

L’élaboration des budgets suivra une méthode transparente qui associe les habitants aux réflexions et aux différents scénarios en amont de la décision par les assemblées délibérantes, ce qui n’est fait ni à la Ville et encore moins à la Métro actuellement.

  Sommaire  

 A Grenoble

Grâce aux écologistes, depuis 1995, la situation financière de la ville s’est progressivement stabilisée sans augmentation significative de la pression fiscale. Les élus écologistes ont permis que le taux de la TEOM à Grenoble soit le plus faible de l’agglomération. Il a fallu plusieurs années pour que le maire accepte de ne plus augmenter la dette qui avait été dramatiquement augmentée par la gestion du corrompu. Maintenant la situation financière de la ville est stabilisée mais reste toujours fragile. Nous proposons de poursuivre une activité municipale forte sans augmenter les impôts et sans augmenter la dette en suivant les principes suivants :

- maintien d’une épargne nette légèrement positive en veillant à ne pas augmenter les dépenses de fonctionnement plus que les recettes.
- maintien du nombre de personnel municipal à effectif constant en redéployant le personnel pour renforcer les actions de proximité.
- gestion rigoureuse des dépenses de fonctionnement afin de créer des marges de manœuvre pour renforcer les politiques prioritaires notamment sociales et de proximité. Ceci passe par des remises en cause de dépenses inutiles et de certaines subventions.

En ce qui concerne la politique d’investissement, la règle sera de ne pas emprunter plus que le remboursement en capital afin de ne pas augmenter la dette. Les investissements seront dirigés vers l’entretien du patrimoine (pour le maintien et l’amélioration de services publics essentiels), l’adaptation aux enjeux d’avenir (changement climatique, crise de l’énergie…) et l’abandon des investissements gaspilleurs d’argent public (pôles de compétitivité, subventions économiques sans contreparties à des intérêts privés, rocade nord, projet Giant)…

 A la Métro

La situation financière de la Métro est très alarmante. Seuls les élus écologistes se sont opposés à la dérive financière actuelle. La Métro est entrée dans la spirale du surendettement, elle a doublé sa dette depuis 2001 et ce n’est pas fini.

La majorité sortante a en projet la création d’un nouvel impôt intercommunal : la fiscalité mixte qui consisterait à créer une taxe d’habitation et une taxe foncière d’agglomération dont les taux seront fixés par l’assemblée communautaire.

Nous sommes clairement opposés à ce nouvel impôt qui permettrait à la Métro de poursuivre sa politique de gaspillage d’argent public.

Pour redresser les finances de la Métro sans création de fiscalité mixte, ni augmentation des taux de la TEOM, il est nécessaire de diminuer très fortement les dépenses d’investissement (diminuer par 2 ou 3) en abandonnant la politique économique actuelle, en stoppant les investissements de prestige et en se contentant des dépenses liées aux priorités essentielles : notamment logement, déchets, déplacements et assainissement.


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSProjet RSSAnnexes