Conseil Municipal du 11 juillet 2011 - Délibération n° 21 - B 010 SANTE PUBLIQUE

Adoption du Plan Municipal de Santé de la Ville de GRENOBLE

par Marina Girod de l’Ain

Voilà un plan santé qui n’a pas la pêche… et marque un repli sur soi avec une réduction des enjeux portés par votre municipalité et des objectifs assez confus.

L’introduction de la délibération commence plutôt bien avec une vraie prise en compte des partenaires associatifs et des différents services municipaux et un objectif transversal indiscutable, la réduction des inégalités sociales de santé qui doit correspondre à la toute première priorité des politiques de santé publique en France.

Mais quand on arrive au plan proprement dit, les choses sont carrément plus confuses, voir surprenantes.

Premièrement, on remarque que ce plan n’a pas de durée, aucun axe n’a de date butoir donc on est en droit de se demander le niveau d’exigence qui est associé à ces différents objectifs.

Si nous prenons point par point, beaucoup de choses méritent d’être relevées :
- la question de la jeunesse : on trouve d’abord la tranche 3-12 ans, qui est une tranche logique, la tranche de la santé scolaire, remarquablement mise en œuvre par le service correspondant, qui est malheureusement « peau de chagrin » quand il est porté par la seule éducation nationale. On a là un axe clair et lisible, même si le premier point que vous indiquez, le travail sur les troubles du comportement dans la petite enfance, peut poser des questions et est à tout le moins un travail très délicat. Puis, on trouve la tranche 16-25 ans avec la création d’un « espace jeune », sans qu’il soit plus définit que ça dans ses thèmes et son fonctionnement. On a aussi une commission 0-6 ans et une « conférence des acteurs » 12-21 ans.
L’empilement et le chevauchement de ces tranches d’âges n’est pas très compréhensible.

- on constate la disparition du « plan santé environnement », qui se limite à la sono-surveillance, nouvel avatar de la vidéo-surveillance ? Rappelons que la question du bruit, reconnu comme vraie nuisance en matière de santé, ne concerne évidemment pas seulement le centre ville où la nuisance existe, mais l’ensemble des quartiers et notamment ceux proche des axes routier. On ne retrouve plus rien sur la question de la pollution intérieure des équipements municipaux, notamment pour ceux destinés à la petite enfance ; ni sur des intentions de clause achats ; sur la prévention d’installation à risques…

- le conseil local de santé mentale, outil intéressant qui se consolide, et dont l’effet sur le long terme, pour lequel nous n’avons pas forcément encore tout le recul nécessaire, devrait être la réduction des hospitalisations d’office, affiche comme objectif pour ce nouveau plan son évaluation. Mais cette évaluation était déjà inscrite, est en cours, et s’achève en septembre. De manière générale, les questions d’évaluation nous paraissent bien peu présentes dans ce plan.

- il y a ensuite tout ce qui concerne les actions en lien avec la politique de la ville, qu’on a déjà vu dans cette assemblée, tels que les ateliers santé-ville touchés par la baisse des crédits d’Etat, et la lutte contre l’obésité où il y a eu des projets remarquables portés par la santé scolaire et les centres de santé dont les évaluations montrent des résultats étonnants, qui est aussi frappée par la baisse des crédits de l’Etat. On ne perçoit pas très bien le degré de volonté de la ville sur la poursuite de ces objectifs, là où on sait que des ressources humaines sont en jeu, avec par exemple la perte d’une diététicienne à l’Agecsa.

- le soutien aux acteurs associatif n’est pas très marqué, alors que nous savons qu’ils sont très nombreux sur notre ville, tant en matière de santé que de solidarité. Quelle visibilité pour ces acteurs là ? Quelle conduite partagée avec eux de la politique de santé, politique publique d’intérêt général ?

- par rapport aux centres de santé qui restent toujours fragiles, quelle convention pourrait être proposée pour leur donner une meilleure visibilité ? Reconduirez-vous une convention indexée sur la convention collective des centres de santé ?

- la présentation de l’objectif de renforcement du droit commun m’a surprise. Notamment sur la question des soins dentaires qui annonce un projet de « rapprochement avec les mutuelles ». Mais le droit commun, c’est le droit pour tous, et le droit commun des dentistes n’est pas respecté : les enfants ne sont pas accueillis par tous les dentistes de notre ville, et tous les dentistes de notre ville n’acceptent pas les enfants bénéficiaires de la CMU. Or, ce serait cela, le droit commun.

- enfin, le « nouveau projet », d’installation de défibrillateurs sur le territoire. C’est un projet que nous n’avions pas souhaité conduire dans le précédent mandat. Il serait souhaitable d’être particulièrement attentif aux retours d’expériences des différentes communes qui se sont engagées dans cette logique. Elles sont encore peu nombreuses. A minima, une évaluation devrait être prévue s’il devait y avoir un développement de ces installations sur notre ville.

- nous trouvons aussi des choses plus étonnantes, comme l’objectif « d’amélioration de la qualité de la vie sur le lieu de travail », avec la chambre de commerce, mais sans l’association de la médecine du travail municipale. Ou la promotion de l’activité physique avec comme seul axe la « relance du plan piscine », qu’on espérait pourtant déjà bien engagée !

En conclusion, des choses très floues, qui ne permettent pas de voir clairement une politique municipale de santé se dessiner.

Réponses de la Majorité (MM Djellal, Voir) :
- bel engagement de la ville sur ce qui ne relève normalement pas de sa compétence...

Vote du groupe : POUR




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2011 RSSConseil du 11/7/11