Utiliser les nouvelles technologies pour la citoyenneté

La Ville de Grenoble se targue d’être à la pointe des Technologies de l’Information et de la Communication, d’appartenir à un pôle de compétitivité, d’accueillir Minatec et autres nanobios ; mais force est de constater qu’elle a été très timide en matière d’e-citoyenneté sur ces 7 années de mandat.

Résumé à écouter :

Les initiatives prises l’ont été tardivement (utilisation des forums pour le budget 2006, déploiement wifi en 2007 sans aucune concertation !), et sont plus de la poudre aux yeux qu’autre chose. Sans compter l’opacité de certains dossiers : qui a décidé, qui paye, qui fait fonctionner le réseau wifi ? Existe-t-il des études pour en démontrer l’innocuité ? Pourquoi déployer un réseau wifi municipal des années après les pionniers, et à l’heure où ces derniers s’interrogent fortement sur la pertinence de la démarche ? Pourquoi passer un partenariat avec Peuplade, site de rencontre de quartiers, qui ne rentre pas dans les détails de sa politique de gestion des données personnelles recueillies, et qui affiche un partenariat avec Google maps duquel on ne sait rien (quel usage fait Google des données utilisées, quelles garanties pour les utilisateurs ?) ? Quel débat a eu lieu autour de cette démarche ? Quels outils sont fournis aux citoyens, aux personnels de la Ville et de ses satellites pour profiter des avantages des nouvelles technologies (il y en a !) ? Quel système d’information pour la Ville ? Quelle place pour les logiciels libres à Grenoble ? Quel impact de ces technologies sur l’environnement (fabrication, utilisation, recyclage, réutilisation, élimination) ?

Plus généralement, qu’a fait la Ville de Grenoble en matière de citoyenneté électronique, pour réduire la fameuse « fracture numérique », éduquer les grenoblois aux enjeux liées aux Technologies de l’Information et de la Communication (accaparement des services en ligne par la sphère commerciale, risque sur les données personnelles, atteintes aux libertés fondamentales par le fichage, la biométrie, la vidéosurveillance ; mais aussi initiatives démocratiques et débats, renouveau de la propriété intellectuelle, du partage des connaissances...) ? Les associations qui se sont emparé de ce créneau sont-elles aidées par la Ville ?

Les écologistes souhaitent ouvrir un réel débat public avant tout déploiement d’infrastructure et d’outils logiciels, ou tout choix de financement. Des perspectives plus innovantes que les choix faits existent.

 ouvrir le débat

Avoir une véritable réflexion politique autour des nouvelles technologies, avec en perspective constante la démocratie, l’écologie et la solidarité, en associant les associations (Guilde, MJC, ordiseniors) et les laboratoires de recherche locaux (sociologie, éthique, environnement, informatique).

 former les citoyens

Proposer aux citoyens une information objective sur les enjeux en la matière afin de leur permettre de s’emparer des dossiers et de gérer en connaissance de cause leur approche individuelle et collective des Technologies de l’Information et de la Communication (grâce au CCSTI par exemple). En lien avec le rectorat, proposer des formations dans les écoles sur la citoyenneté électronique, les risques liés à internet, les logiciels libres et propriétaires, la protection des données personnelles et des libertés fondamentales. L’objectif est de former les futurs citoyens, à l’âge où ils découvrent ces outils, à leur utilisation en connaissance de cause, tout en les dotant des outils nécessaire à la réflexion et à l’exercice du débat citoyen et de la démocratie.

 équiper les écoles

en ayant une réflexion pédagogique (en lien avec les équipes enseignantes) et citoyenne (logiciels libres), et les ouvrir en en dehors des heures de cours pour permettre une appropriation des technologies par les parents et les habitants du quartier.

 maintenir le moratoire grenoblois sur les ordinateurs de vote

Les écologistes ont permis d’éviter l’achat, par la ville de Grenoble, de machines à voter, opaques, non fiables, et qui nous rendent dépendants d’entreprises privées. Nous continuerons de refuser les ordinateurs de vote et soutiendrons la mise en œuvre d’un moratoire national sur leur usage.

 étudier l’impact environnemental de l’informatique

Auditer l’impact environnemental de l’informatique de la Ville, et en fonction proposer des améliorations. Proposer des aides de la Ville aux entreprises, associations, services... à ce niveau.

 veiller aux ondes électromagnétiques

Travailler avec les associations qui s’interrogent sur l’impact en matière de santé des ondes électromagnétiques, appliquer le principe de précaution et mettre en œuvre des mesures indépendantes.

 protéger la vie privée

Garantir la protection des données personnelles recueillies par le système d’information de la ville, ne pas effectuer de croisement de données abusifs, ne recueillir que les données nécessaires à l’exercice des missions de services publics, effectuer un audit de l’existant, en terme d’outils utilisés, de procédures mises en oeuvre, d’information des publics, former les personnels aux enjeux du Système d’Information, aux obligations légales, à une démarche de protection et de formation citoyenne.

 libérer la ville de Microsoft et consorts

Favoriser l’utilisation de logiciels libres, prévoir le plan de formation et d’accompagnement ad hoc, former les personnels à être autonomes avec l’outil informatique pour pouvoir gérer les évolutions rapides et ne pas être prisonniers d’un outil ou d’un fournisseur (former au traitement de texte, pas à Word). L’argent public ne doit payer les choses qu’une fois : les collectivités publiques devraient être propriétaires du code de leurs applications et publier sous licence libre les logiciels qu’elles développent.


-->


Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSProjet RSSune ville conviviale