Tribune des Nouvelles de Grenoble avril 2011

Savoir prévenir les risques ici et ailleurs…

par Gwendoline Delbos-Corfield

Il est inutile de revenir sur la gravité des évènements qui ont eu lieu au Japon, et dans la centrale de Fukushima. Les écologistes expriment toute leur compassion aux proches des victimes des catastrophes naturelles (séisme et tsunami) et technologiques dues aux défaillances du nucléaire. Nous aurions préféré avoir tort : depuis le temps que les risques nucléaires nous inquiètent, ce scénario d’une dérive incontrôlable était le pire, et nous refusions de l’imaginer.

Aujourd’hui, il faut pouvoir agir ici par rapport à ce qui s’est passé là-bas, et préserver l’avenir suite à cet accident terrifiant qui doit marquer un tournant dans notre vision du principe de précaution. Ne pas surévaluer les dangers mais toujours les connaître et surtout les admettre ; accepter des règles simples et modérées d’aménagement qui respectent l’environnement et prévoient les aléas, au lieu de toujours tordre les réalités naturelles à nos fantasmes humains ; repenser notre modèle de vie pour éviter les excès scientistes générateurs de drames humains (nucléaire, amiante, nanotechnologie) et encadrer ces innovations.

Ailleurs en Isère, et dans la Drôme, les menaces d’avaries nucléaires sont nombreuses. Mais à Grenoble existe également un véritable souci que nous devons collectivement considérer sans panique ni défaitisme, mais lucidement, pour assurer la sécurité de tous. Il est maintenant clair que le classement de la région grenobloise en zone sismique « 1b risque modéré » était erroné : un arrêté du 22 octobre 2010 a enfin relevé au niveau 4, le plus important en France métropolitaine, la zone allant de Chamonix à Grenoble.

Nous l’avons énoncé publiquement lors des différents plans d’occupation des sols, ZAC, plans locaux d’urbanisme, enquêtes publiques sur les équipements et installations (stade des Alpes et son parking souterrain, rocade Nord, autorisations du CEA et de l’ILL, des installations chimiques de Pont-de-Claix et Jarrie, protection contre les inondations…). Nos exigences n’ont pas été suffisamment prises en compte.

Il est désormais urgent que les services de l’Etat dans le département, et à défaut les maires des communes, informent la population et l’ensemble des services concernés, et que des exercices soient réalisés pour tester les moyens de secours en situation sismique. Il est important aussi que les collectivités dont Grenoble s’astreignent à vérifier que les constructions existantes résisteront aux secousses et soient toutes bien mises aux normes.

Avant chaque Conseil Municipal, notre groupe vous donne un rendez-vous citoyen pour débattre, ensemble, de l’actualité municipale. Vous trouverez les dates et lieux de ce rendez-vous sur notre site Internet, tout comme nos propositions, actions et réactions : www.grenoble-ecologie-solidarite.fr




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSPublications RSSTribunes des Nouvelles de Grenoble