Conseil Municipal du 28/3/11

Regard critique d’une élue écologiste

par Maryvonne Boileau

Le conseil municipal de ce lundi après cantonales a permis au Maire de saluer la réélection d’Olivier Bertrand conseiller municipal EELV, de Gisèle Pérez et Denis Pinot à Grenoble. Il a également félicité les beaux scores de Céline Deslattes et de Hakim Sabri, respectivement candidats sur les cantons 1 et 3.

Durant ce conseil, plusieurs dossiers importants :
-  La modification de la ZPPAUP
-  La présentation de l’analyse des besoins sociaux par Olivier Noblecourt, concernant l’état de la situation de la population de Grenoble.
-  La programmation 2011 des logements sociaux
-  Les modifications des voiries du projet de la presqu’ile scientifique pour le passage du tram
-  Le vote d’aides financières au projet campus
-  Les aides à la mission locale

La modification de la ZPPAUP n’a pas véritablement inclus le projet Esplanade, ce qui est regrettable étant donnée la grande transformation de ce secteur. Toutefois, une prise en compte des remarques du commissaire enquêteur apparaît notamment sur la protection du site naturel environnant, des autres constructions et de la Porte de France. Mais peu d’informations sur la question des hauteurs de constructions qui sont la principale préoccupation des riverains, et pas d’engagement de revenir sur les dérogations accordées pour des mises en place de panneaux publicitaires éclairés.

L’Analyse des Besoins Sociaux montre la nette coupure entre les habitants des quartiers en 38000 et la partie sud des 38100. Une dégradation nette des conditions de ressources et de santé des habitants les plus démunis, s’observe également. Les efforts conséquents pour le renouvellement urbain dans les différents quartiers n’entraînent malheureusement pas une amélioration de la vie de nombreuses familles, dont les ressources sont toujours dans les minimas sociaux. Les taux de chômage s’aggravent pour les personnes sans qualification. Il est cependant satisfaisant d’améliorer le cadre de vie de ces populations qui subissent durement la crise.

La programmation des logements sociaux est peau de chagrin pour 2011. La baisse des aides financières allouées par l’Etat et le manque de foncier à Grenoble vont entraîner une diminution considérable de la construction de logements neufs, qui seraient livrés en 2014. Les futures ZAC à venir permettront probablement une amélioration de la situation, mais en attendant, les démolitions de logements sociaux vont se poursuivre dans les quartiers ANRU : Villeneuve, Chatelet 1 et 2 et Mistral. En sachant qu’il va falloir reloger les habitants de l’Abbaye, dont les logements sont atteints du même problème que ceux de Jean Macé... Espérons que les reconstructions de logements sociaux seront sur le même modèle qu’à Jean Macé : constructions-démolitions des 250 logements sociaux, avec prise en compte du souhait des habitants de rester habiter dans leur quartier. Nous avons noté une demande pertinente sur la constitution de réserve foncière par l’adjointe au logement.

Encore une aide de 8 millions d’euros au projet campus, dont un projet en partenariat public privé. Nous continuons de nous élever contre ces aides financières trop importantes. Ces aides ne relèvent pas de la compétence de la ville de Grenoble ; nous sommes la seule ville de toute la région Rhône Alpes à donner ces aides. Mais selon l’adjointe à l’économie : ces aides permettent la création de 5 à 6000 emplois. Nous ne manquerons pas de solliciter les autorités compétentes pour connaître les créations réelles d’emplois dans les années à venir.

L’aide financière à la mission locale est plus nécessaire que jamais. En effet, l’Etat vient de mettre fin à un plan de relance mis en place l’an dernier pour répondre aux nombreuses demandes de jeunes qui venaient faire des demandes d’accompagnement pour une recherche d’emploi et/ou de formation. L’hypocrisie de l’Etat est sans limite : il met en place un RSA jeunes, dont peu d’entre eux peuvent en réalité bénéficier à défaut d’avoir travaillé suffisamment longtemps, et il supprime les aides indispensables aux organismes qui sont en capacité d’aider les jeunes à trouver du travail.

La poursuite de la suppression des aides pour créer du lien social et qui pourraient améliorer la situation des plus démuni-es continue de plus belle, notamment en supprimant purement et simplement les financements aux centres d’hébergement et de réinsertion sociale.

Mais jusqu’où iront-ils ?




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2011 RSSConseil du 28/3/11