Conseil Municipal du 21 février 2011 Délibération 34 - D 002 – DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Projet Presqu’île / Giant - convention cadre

Par Gwendoline Delbos-Corfield

Nous demandons une précision d’importance en préalable : dans le comité de pilotage partenarial présidé par la Ville de Grenoble, il y a deux vices présidents ; le directeur du CEA, et Marc Baïetto, qui représente ainsi à la fois le Conseil Général et la métro. Nous aimerions comprendre comment cette double représentation s’articule dans le comité de pilotage.


Nous l’avons dit, les conditions hautement médiatiques et sans concertation préalable, de la naissance de ce projet nous avaient particulièrement inquiété. Le texte le rappelle d’ailleurs : « le projet Giant a été le catalyseur ». A la fin du précédent mandat comme au début de celui-ci, ce projet donnait fortement l’impression d’être présenté comme uniquement dédié au rayonnement international, au pôle de compétitivité Minalogic, à la suprématie des sciences dures sur les sciences humaines, valorisant la réussite des parcours scientifiques de certains habitants au détriment du reste de la population ; dédié aussi à une structure, le CEA, et mis en œuvre d’abord par un homme, le directeur du CEA ; dédié enfin à un type de développement économique, et un seul, celui du transfert technologique. Nous espérons pour la suite une évolution plus diversifiée, et plus proche de l’intérêt général des habitants de centre-ville.

D’une manière schématique nous pourrions nous dire qu’il s’agit de deux projets distincts : Giant le projet scientifique et la Presqu’île le projet urbain. Mais dès la lecture du préambule on constate que les frontières sont nettement plus floues, et le projet scientifique est surtout présenté comme celui de Grenoble Université Innovation, c’est-à-dire le plan Campus. Ce projet se trouve donc aussi étroitement lié à l’avenir du Campus à Saint Martin d’Hères. D’autre part, l’article 1 précise que « la présente convention a pour objet la coordination de l’ensemble des projets de recherche, d’enseignement, d’aménagement et d’infrastructures concernant le site de la presqu’île scientifique de Grenoble. »

Un projet d’une extrêmement grande ambition, et d’une très grande complexité, donc. C’est effectivement un projet global qui imbrique différents aspects. Cette manière transversale et multi fonctionnelle d’envisager l’aménagement d’envergure d’une zone de cette taille peut-être une démarche intéressante. Mais nous ne sommes pas encore complètement convaincus de la réalisation de cette multifonctionnalité et de la prise en compte réelle des différents besoins.

Que s’est il passé depuis 2 ans ? Sur les questions d’aménagements urbains, ce projet a bénéficié des évolutions des autres dossiers. Ainsi la qualité de vie de ce nouveau quartier aurait été grandement dégradée par les effets de la rocade. Elle a disparu, enfin nous l’espérons. Nous ne sommes pas encore entièrement rassurés car on trouve page 26 de l’annexe 2 « rocade et A 480 : le projet de rocade nord sous maitrise d’ouvrage du CG de l’Isère comprenait des échangeurs complets avec l’A480 et la rue des martyrs. Les études étant reprises, l’impact sur le site d’un nouveau projet éventuel sera à prendre en compte le moment venu. » Qu’en est-il exactement ? ce paragraphe étant en complète contradiction avec la délibération suivante qui pointe l’abandon de la rocade et fait un avenant pour ça. Nous aimerions donc en savoir un peu plus sur l’avenir de la rocade et l’agrandissement de l’A480, et du coup, en ce qui concerne ce lieu de vie, sur l’avenir de la rue des Martyrs dont les perspectives n’étaient pas réjouissantes pour ses habitants avec une très grosse emprise autoroutière.

Il y a eu aussi un autre changement : les jeux olympiques avaient été aussi un élément qui orientait les aménagements de ce futur quartier, avec des infrastructures, des hôtels et des tours qui n’auraient pas eu d’utilité pérenne. En l’absence des Jeux Olympiques, on peut penser que les constructions seront conçues en cohérence avec les véritables nécessités de logement et d’équipements d’un quartier de vie durable. Qu’en est-il des tours ? Elles sont dorénavant absentes des plans.

Les circonstances de l’abandon de la rocade nord et de l’échec des jeux olympiques ont aidé ce projet à redevenir plus simple mais plus pertinent pour tous les usages d’un quartier, moins clinquant mais probablement plus proche de ses futurs habitants. Nous comptons sur le fait que le comité de suivi fera bien de la consultation avec les habitants, les riverains, les usagers du site, les organisations syndicales et les associations, et pas seulement de l’information.

Après s’être imposé comme un coup de force, aujourd’hui ce projet urbain de longue haleine doit être mieux partagé, et cela semble prendre ce chemin.

Sur les questions universitaires, nous trouvons très dommage que dans le cadre de l’opération campus, la candidature de Grenoble ait opté pour le partenariat public privé, pour plusieurs des constructions. D’autres opérations campus n’ont jamais opté pour le partenariat public privé. Nous sommes très soucieux de la gouvernance du PRES. Un travail collectif n’existe pas encore suffisamment au sein du PRES, les objectifs des uns et des autres sont encore trop concurrentiels parmi les universités. Et nous continuerons, mais nous ne sommes pas les seuls, à regretter la trop petite relation avec les sciences humaines et sociales sur le site ouest du campus.

Enfin, nous regrettons que le logement étudiant sur la presqu’île ne soit pas uniquement du logement social. Nous ne comprenons pas ce choix des résidences étudiantes privées alors que toutes les études montrent que les étudiants ont aujourd’hui des difficultés à se loger.

Sur le plan économique et scientifique, nous sommes toujours opposés à un mono-développement basé sur l’innovation. Et bien entendu nous sommes très vigilants à l’égard d’une certaine innovation, celle qui touche aux sciences du vivant, et aux nanotechnologies. Dans les projets financés, il y a bien entendu Clinatec et Nanobio…

Vote du Groupe sur cette délibération : CONTRE




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2011 RSSConseil du 21/2/11