CM du 05/07/10 - Délibération 1 – A 012 – URBANISME REHABILITATION

Politique de Développement Durable de la ville de Grenoble. Opération Mur/Mur Campagne isolation.

Intervention de Maryvonne Boileau

Merci Monsieur le Maire.

Sur cette délibération, nous avions demandé par écrit un certain nombre d’informations et il vient de nous être répondu qu’étant donné que c’était un document d’étude, il n’était pas possible de les obtenir. Donc, nous nous en sommes tenus à regarder ce qui avait été décidé en 2007 sur le schéma énergétique de la Ville de Grenoble, avec les points précis concernant le logement social et le logement privé. Et, nous avons observé un certain nombre de points.

Tout d’abord, en 2007, il était dit qu’il fallait impérativement obtenir le facteur 4 en 2050 et là, vous n’en parlez plus dans votre document d’aujourd’hui.

Il y avait également un autre point qui avait été fixé en 2007, c’était le montant des aides : 7 500 000€ par an pour un gain environnemental de 13 000 tonnes de CO². Aujourd’hui, vous annoncez, pour la Ville de Grenoble, 2 400 000€ de subventions pour la durée de la convention, ce qui fait 600 000€ par an pour Grenoble. Effectivement, peut-être que dans les 7 500 000€, c’était avec l’ensemble des partenaires puisqu’à ce moment-là, il avait été dit que d’autres aides seraient sollicitées de différents partenaires. En l’absence des documents demandés, on ne sait pas exactement quelles sont les possibilités de comparaison.

En 2007, il avait également été indiqué que les aides devraient être d’un montant proche, pour chacune des familles qui seraient aidées dans leur logement, à hauteur de 50% des dépenses. Aujourd’hui, vous nous avez donné les échelles en fonction des ressources des gens, c’est aussi intéressant. Est-ce que vos décisions représentent 50% pour l’ensemble, nous ne savons pas. Ce n’est pas noté.

Donc, il est difficile d’observer l’évolution de ce dispositif.

Et puis, il manque quelque chose. Peut-être que ça viendra dans une autre délibération mais il n’y a rien en ce qui concerne les logements sociaux dans cette délibération. Certes, il est absolument nécessaire d’aider le logement privé. Mais qu’en sera-t-il du logement social ? Et là aussi, même s’ils sont, en moyenne, nettement plus vertueux que le logement privé puisque aujourd’hui, le logement social se situe entre 150 et 180 kWh, là où les autres sont à 300 voire parfois 350 kWh de dépenses énergétiques. Il n’empêche qu’un certain nombre d’immeubles de logements sociaux qui ont été construits dans la première moitié du 20e siècle et pour d’autres construits aussi entre 1945 et 1975 dans l’échelle que vous avez prise, il y en a qui sont également de vraies passoires énergétiques.

Alors, bien sûr, nous voterons cette délibération parce que, comme on dit quelques fois, c’est quand même mieux que rien. Mais il faut se souvenir que c’est là qu’il y a de vrais gisements d’emplois. Et, on peut faire quelques comparaisons qui sont intéressantes puisqu’il y a le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) qui, avec le Centre International de Recherche sur l’Environnement et le Développement (CIRED), qui ont fait une étude en 2009 et qui annonçaient quelques chiffres. Ils disaient que, par exemple, si on le rapporte à la Ville de Grenoble, pour un investissement public de 6 000 000€ par an, sur 10 ans, on peut créer 200 emplois par an : ce qui représente un véritable intérêt, surtout que ce sont des emplois qui ne sont jamais délocalisables.

Ca, c’est un premier point, et puis, l’autre point également, c’est que si l’on compare ça aux aides par exemple sur lesquelles nous allons délibérer tout à l’heure sur, par exemple, 1 000 000€ versés au Commissariat à l’Energie Atomique (CEA), 700 000€ pour la vidéosurveillance, on peut observer qu’il n’y a pas de véritable comparaison dans les emplois créés, et il nous faut aussi penser à d’autres emplois que ceux des nanotechnologies.

Il serait donc important, si on veut véritablement atteindre les objectifs qui sont fixés, notamment du Facteur 4 en 2050 et pour lequel le Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat (GIEC) disait que, si on voulait les atteindre, il fallait que nous soyons à 40% en 2020 de baisse bien sûr. Nous n’y sommes donc pas là puisque vous annoncez 20%. Comment allons-nous donc faire pour atteindre le facteur 4 en 2050 avec ce projet ?

Je vous remercie.

Délibération adoptée à l’unanimité.




Groupe Écologie & Solidarité
EluEs Verts, ADES, Alternatifs de la Ville de Grenoble

Hôtel de Ville - 11 Bd Jean Pain - B.P. 1066 - 38021 Grenoble Cedex 1
contact@grenoble-ecologie-solidarite.fr - Tél : 04 76 76 38 75 - Fax : 04 76 76 34 05
Creative Commons License
Sauf mention contraire, les contenus de ce site sont mis à disposition sous un contrat Creative Commons
Site réalisé avec SPIP 2.1.12, AHUNTSIC et hébergé chez OVH.
Flux RSS : RSS fr

RSSLe Conseil Municipal RSSConseils précédents RSSConseils 2010 RSSConseil du 5/7/10